Mondial de Paris 2018 : Audi Q3, pas que beau

Audi lâche son nouveau Q3 dans l’arène à la croissance exponentielle des SUV compacts. Et pour une fois, le design n’est plus un copié-collé de génération précédente.

1507

Sous le capot avant de cet Audi Q3, on retrouvera le 2.0 TDI de 150 et 190 ch en Quattro mais il y a fort à parier que les motorisations essence, puis hybrides, seront de plus en plus prisées. Du coup, ce Q3 débutera avec le 1.5 TFSI de 150 ch du groupe Volkswagen (33 500 euros TTC), complété par le 2.0 TFSI de 190 et 230 ch. Cela sera largement suffisant pour mouvoir ce grand SUV compact qui passe à 4,49 m de longueur, soit 10 cm de plus que la génération précédente et 8 cm de plus en empattement, pour une hauteur ramenée à 1,62 m, le tout sur l’incontournable plate-forme MQB. Du coup, le poids est à la baisse avec tout juste 1,5 t pour le 150 ch essence et 1,6 t en 190 ch quattro.

Un dessin réussi

Outre son design bien plus séduisant, évitant les rondeurs sans ligne de force et, a contrario, un dessin trop strict et raide, ce Q3 est toujours aussi impeccablement classe et premium dans sa présentation et sa finition. Et il ajoute le sex-appeal qui lui manquait. Plus masculin, il fait le chemin inverse de Mercedes, c’est amusant.

La concomitance est peut être fortuite mais il faut tout de même souligner que le « père » de cette seconde génération de l’Audi Q3, l’ex-patron du constructeur Ruppert Stadler (toujours sous les verrous pour son implication dans le Dieselgate) vient de conclure le contrat qui lui permettra de sortir du groupe Volkswagen et d’être remplacé.

Audi Q3

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter