Mondial de Paris 2018 : BMW booste encore son i3

Pour sa citadine électrique i3 née en 2013, BMW met une fois de plus à jour la puissance de la batterie qui monte à 42,2 kWh/120 Ah. Avec un prix qui grimpe à 39 950 euros TTC (hors bonus).

1163
BMW i3s

Dans ses 4 m de longueur, la petite BMW i3 était un peu perdue sur le stand du Mondial de Paris, laissant les projecteurs braqués à juste titre sur la nouvelle Série 3 (voir notre brève), le nouveau X5 et le Coupé 8. Pourtant, celle qui a surpris et un peu révolutionné le segment des voitures électriques lors de sa commercialisation il y a cinq ans par son design et ses prestations quasi-sportives, cache sous son léger restylage une « mise à jour » majeure de la puissance de sa batterie.

À sa sortie, elle alignait comme ses concurrentes une autonomie d’environ 150 km à condition de ne pas trop tirer sur sa batterie de 22,6 kWh/60 Ah. BMW avait même prévu de vaincre la réticence des plus angoissés de la panne sèche d’électrons en commercialisant une version REx à prolongateur d’autonomie, un bicylindre essence de moto produisant de l’électricité rechargeant la batterie.

On n’arrête pas le progrès !

Puis le progrès de la chimie des batteries avait déjà permis d’augmenter la densité énergétique et cette i3 en 2016 était passée à 33 kWh/94 Ah, assurant une autonomie frisant les 200 km. Cette année-là, BMW en profitait aussi pour décliner une version « sportive » i3s dont la puissance du moteur électrique passait de 170 à 184 ch, avec une autonomie réduite de quelques dizaines de kilomètres.

C’est donc une troisième mise à jour de la puissance de la batterie, à encombrement identique pour celle-ci, que BMW a présentée sur son stand avec une batterie qui offre dorénavant 42,2 kWh/120 Ah et une autonomie qui grimpe encore. Selon le nouveau cycle WLTP, enfin plus proche de la réalité de la conduite au quotidien, celle-ci est de 285 km contre 235 km sur la version précédente.

Du coup, ce sera dorénavant le seul modèle vendu (en i3 et i3s), les versions avec le prolongateur d’autonomie ainsi que celles qui perduraient jusque-là au catalogue avec les petites batteries de 60 et 84 Ah étant supprimées. Au passage, le prix augmente de 1 550 euros et débute à 39 950 euros TTC en finition Atelier.

A propos du REx de la BMW i3…

Précisons tout de même que la disparition des versions REx à prolongateur d’autonomie (en Europe seulement) est due au passage à la norme Euro 6d et au cycle WLTP qui imposent, pour les hybrides rechargeables, d’épuiser la batterie pour, ensuite, effectuer le cycle complet de consommation. Or, l’i3 REx emporte un bicylindre essence de 34 ch alimenté par un réservoir de 9 l de super assurant une autonomie supplémentaire d’environ 100 km selon nos tests, soit une consommation moyenne de… 9 l/100 km ! Autant qu’un BMW X3 M40i essence de 354 ch. Si la norme NEDC attribuait un petit 14 g de CO2 à l’i3 REx, le cycle WLTP la faisait passer à 205 g ! Même dans la catégorie des hybrides rechargeables, elle ne pouvait prétendre à aucune prime mais plutôt à un gros malus. Dans ces conditions, mieux valait tout arrêter et continuer à prétendre aux 6 000 euros de bonus dus à un modèle 100 % électrique. Américains et Japonais ne sont pas concernés, les émissions de CO2 étant pour eux un problème très relatif.

BMW i3s

PARTAGER SUR