Mondial de Paris 2018 : Peugeot dévoile sa stratégie face à la transition énergétique

À l’occasion du Mondial de Paris, Peugeot a présenté lors d’une conférence de presse sa stratégie de transition énergétique. Le constructeur français mise en particulier sur l’anticipation des futures normes d’émissions de CO2 et des modèles multi-énergies.

1088
Stand Peugeot Mondial Paris 2018
(c) Peugeot

« En 2012, nous avons embarqué la technologie SCR dans nos véhicules. Cela nous a permis de gérer sereinement cette période. Nous avons l’intention de faire de même pour toutes les prochaines étapes de dépollution », a déclaré Jean-Philippe Imparato, directeur de la marque Peugeot en France, lors d’une conférence de presse. Le constructeur veut éviter tout mouvement brusque qui serait coûteux pour ses réseaux et nuirait aux valeurs résiduelles de ses véhicules.

Ainsi, « l’année prochaine, nous nous occuperons du renouvellement de la gamme et mettrons en place le matériel permettant de diversifier les motorisations, précise Jean-Philippe Imparato. Puis, dès 2020, nous pourrons connaître notre bilan CO2 jour à jour jusqu’à la dernière option de chacune de nos voitures. »

Une énergie à la carte pour chaque modèle

En outre, le constructeur souhaite dissocier modèle et motorisation dans l’esprit de ses clients, en misant sur sa plate-forme multi-énergie. « Nous voulons être capables de laisser au client le choix du produit qu’il achète, a argué Jean-Philippe Imparato. Nous proposerons au client la même voiture avec le moteur de son choix. » À terme, Peugeot veut permettre une bascule de motorisation dans les contrats de location, que ce soit la LOA pour les particuliers ou la LLD pour les pros, pour une durée et un nombre de kilomètres équivalents.

« Pour un gestionnaire de flotte, il est plus simple et sécurisant de faire varier le plan de flotte selon l’usage ou l’environnement législatif qui le concerne, a estimé Jean-Philippe Imparato. Notre objectif est d’avoir non pas un tarif égal mais un TCO égal entre le véhicule électrique et le diesel, sans bonus. »

Côté design, il y aura donc le moins de différences possible entre la version électrique et la version thermique d’un modèle. « Nous ne voulons pas créer une ligne électrique », a affirmé Jean-Philippe Imparato. Le constructeur présente d’ailleurs au Mondial le concept-car électrique e-Legend, inspiré du Coupé 504. L’enjeu : éviter d’avoir une trop grande différence de valeur résiduelle d’une motorisation à l’autre sur le même véhicule. Pour y parvenir, Peugeot intégrera également un remplacement de la batterie pour ses véhicules revendus sur le marché de l’occasion.

10 % d’électriques et 20 % d’hybrides en 2020-2023

Peugeot va commencer par proposer ses véhicules des segments C, D et C-SUV avec trois motorisations au choix : hybride rechargeable, essence et diesel. Puis l’offre sera étendue aux segments B, voire C avec du 100 % électrique à la place de l’hybride rechargeable. Le constructeur envisage aussi de produire des modèles hydrogène à l’horizon 2025.

Le constructeur anticipe une production d’environ 10 % d’électriques et 20 % d’hybrides d’ici 2020-2023. Il a également envisagé trois scenarii pour le diesel : 30 %, 20 % et 10 %, et ce alors que cette motorisation représente actuellement 35 % de sa production.

PARTAGER SUR