Mortalité routière : baisse de 5,5 % en 2018 en France métropolitaine

Avec 3 259 personnes tuées sur les routes de France métropolitaine, l’année 2018 a affiché le plus bas taux de mortalité routière enregistré par l’Onisr, selon les chiffres provisoires communiqués par la Sécurité routière.

2139
Mortalite routière 2018
© Sécurité routière / Onisr

Après plusieurs années de baisse continue, la mortalité routière en France métropolitaine avait légèrement augmenté chaque année depuis 2013 avant de se stabiliser en 2017, dans un contexte de trafic routier en hausse de 7 % entre 2013 et 2017. D’après les chiffres provisoires de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (Onisr), la mortalité routière a finalement reculé de 5,5 % en 2018 par rapport à 2017, repassant sous le seuil atteint en 2013.

mortalite routiere 2010-2018
Sources : 2010 à 2017 : données BAAC ; 2018 : données provisoires © Sécurité routière / Onisr

Des variations régionales

En effet, l’Onisr a comptabilisé 3 503 personnes tuées en France métropolitaine en 2018, soit 189 personnes de moins qu’en 2017, et 9 de moins qu’en 2013. Toutefois, cette tendance n’est pas uniforme sur le territoire métropolitain, puisque la mortalité routière a augmenté dans les régions Bretagne Grand-Est et Nouvelle-Aquitaine. En outre, la courbe de réduction de la mortalité routière reste bien supérieure à l’objectif que s’est fixé le gouvernement français, savoir diviser par deux le nombre de décès sur les routes de métropole entre 2010 et 2020, pour atteindre moins de 2 000 tués par an en 2020.

L’ensemble des usagers ont été concernés par la baisse de la mortalité routière entre 2017 et 2018. Cependant, l’amélioration est particulièrement tangible chez les cyclomoteurs pour qui le nombre de décès a reculé de 82,4 % entre 2010 et 2018 ; de même que pour les 18-24 ans (- 68,6 %), les PL (- 26,2 %) et les VL (- 28,5 %).

Tous les autres indicateurs ont aussi affiché une baisse en 2018, avec 55 800 accidents corporels enregistrés en 2018, soit – 4,8 % comparé à 2017. 69 434 personnes ont été blessées (- 5,4 %), dont 20 864 ont dû être hospitalisées plus de 30 jours (- 24,8 %). À noter que l’évolution du trafic routier n’est pas encore connue.

Les 80 km/h en question

Pour l’Onisr, la réduction de la mortalité routière entre 2017 et 2018 serait en partie due au passage à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparateur central au 1er juillet 2018. Selon l’organisme, « en comparaison des cinq dernières années, 116 vies ont été épargnées au second semestre 2018 sur le réseau concerné par la baisse à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée », sans donner pour l’instant plus de détails sur la méthodologie utilisée.

La Sécurité routière a également collecté entre juin et novembre 2018 les données de 44 millions de passages de véhicules, répartis sur 50 points d’observation situés sur des routes sans dénivelé ni courbes spécifiques et dans 20 départements. La vitesse pratiquée y aurait chuté en moyenne de 3,9 km/h pour les VL et de 1,8 km/h pour les PL.

Métropole et outre-mer : une baisse de 4,9 %

En ajoutant l’outre-mer, le bilan reste également positif avec une baisse de 4,9 % de la mortalité routière entre 2017 et 2018. Cependant, le nombre de personnes tuées a augmenté de 3,4 % en outre-mer l’année dernière, avec 244 décès, soit 8 de plus qu’en 2017.

Les données

France métropolitaine Outre-mer France
2017 2018 Différence Évolution 2017 2018 Différence Évolution 2017 2018 Différence Évolution
Accidents 58 613 55 800 – 2 813 – 4,8 % 2 611 2 563 – 48 – 1,8 % 61 224 58 363 – 2861 – 4,7 %
Victimes 76 832 72 693 – 4 139 – 5,4 % 3 692 3 597 – 95 – 2,6 % 80 524 76 290 – 4234 – 5,3 %
Tués 3 448 3 259 – 189 – 5,5 % 236 244 8 3,4 % 3 684 3 503 – 181 – 4,9 %
Blessés 73 384 69 434 – 3 950 – 5,4 % 3 456 3 353 – 103 – 3,0 % 76 840 72 787 – 4053 – 5,3 %
Blessés hospitalisés 27 732 20 864 – 6 868 – 24,8 % 1 681 1 323 – 358 – 21,3 % 29 413 22 187 – 7226 – 24,6 %
PARTAGER SUR