Mortalité routière : baisse de 0,3 % en 2019 en France métropolitaine

Avec 3 239 personnes tuées sur les routes de France métropolitaine en 2019, la mortalité routière a diminué pour la deuxième année consécutive, après quatre années de hausse ou de stagnation entre 2013 et 2017.

1479
Mortalité routière

Après plusieurs années de baisse continue, la mortalité routière en France métropolitaine avait légèrement augmenté chaque année depuis 2013 avant de se stabiliser en 2017, puis de diminuer de 5,3% en 2018, repassant sous le seuil atteint en 2013.

Une baisse qui s’est confirmée en 2019 avec 3 239 personnes tuées, soit 9 décès de moins qu’en 2018 (- 0,3 %) selon les chiffres provisoires de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (Onisr). La mortalité routière aurait ainsi diminué de 6,1 % entre 2017 et 2019, le tout dans un contexte de trafic routier en hausse d’environ 7 % entre 2017 et 2018.

Les autres indicateurs ont également affiché une baisse avec 55 162 accidents corporels enregistrés en 2019, soit – 1,1 % comparé à 2018. Ceux-ci ont fait 72 734 victimes (- 0,5 %) dont 69 495 blessés (- 0,6 %).

Côté usagers, la mortalité routière a baissé entre 2018 et 2019 pour les automobilistes (1 621 décès, 16 tués de moins), les conducteurs de deux-roues motorisés (747 décès, 13 tués de moins), les camionneurs (38 décès, 16 tués de moins). Elle est restée stable pour les piétons (472 décès dont 3 usagers d’engin de déplacement personnel non motorisés, 1 tué de plus) mais a augmenté pour les cyclistes (184 décès, 9 tués de plus). À noter également que 8 utilisateurs d’engins de déplacements personnels motorisés sont décédés l’année dernière.

En outre, des variations régionales sont observées : la mortalité routière a augmenté dans les régions Hauts-de-France, Normandie, Auvergne-Rhône-Alpes, Occitanie, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Corse. Enfin, la France reste encore loin de son objectif de diviser par deux le nombre de décès sur les routes métropolitaines entre 2010 et 2020, afin d’atteindre moins de 2 000 tués par an en 2020.

Outre-mer, le bilan est à l’inverse négatif puisque tous les indicateurs ont affiché une hausse. L’Onisr y a enregistré 2 887 accidents corporels en 2019, soit 301 accidents de plus qu’en 2018 (+ 11,6 %). Ceux-ci ont fait 3 805 victimes (+ 5,5 %) dont 3 551 blessés (+ 5,5 %) et 254 tués (+ 5,8 %). La Sécurité routière appelle ainsi à une « action résolue » outre-mer.

La Sécurité routière a également publié les premiers résultats de l’évaluation du passage à une vitesse maximale autorisée de 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central, un pré-bilan ayant été réalisé par le Cerema et l’Onisr sur 18 mois depuis le 1er juillet 2018. L’Onisr a estimé que la mortalité routière avait baissé sur le réseau concerné avec en moyenne 208 décès de moins enregistrés entre juillet 2018 et juin 2019 comparé à la même période sur les cinq années précédentes. « La mortalité routière sur ce réseau est équivalente sur le second semestre 2019 à celle du second semestre 2018, ce qui confirme l’effet de la mesure », a argué la Sécurité routière.

PARTAGER SUR