Moins d’accidents mais plus de décès sur les routes en janvier 2017

En dépit d’une baisse de l’accidentalité, la mortalité routière a augmenté de 8,9 % le mois dernier par rapport à janvier 2016, en raison de carambolages meurtriers.

1077
Mortalité routière

Selon les chiffres de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), le nombre d’accidents corporels a diminué de 3,4 % : 4 483 en janvier 2017 contre 4 640 en janvier 2016, soit 157 accidents avec blessures en moins.

Ces accidents ont cependant été plus mortels : 257 personnes ont perdu la vie sur les routes françaises en janvier 2017, contre 236 en janvier 2016, soit 21 morts supplémentaires. Cela porte à 3 490 le nombre de décès sur les routes au cours des douze derniers mois (+ 1,6 %). Selon l’ONISR, « le mois de janvier 2017 a été marqué par des carambolages meurtriers dus à la présence de brouillard et à une vitesse excessive. »

En tout, 5 866 personnes ont été blessées ou tuées le mois dernier, contre 6 128 en janvier 2016. Le nombre total de blessés a ainsi diminué de 4,3 %, soit 262 victimes de moins. Il en va de même pour le nombre de personnes hospitalisées (1 946), qui a reculé de 7 % comparé au chiffre de janvier 2016 (2 092), soit 146 hospitalisations de moins.

Baromètre ONISR Janvier 2017

Des disparités selon les âges et les catégories d’usagers

Comme l’avait indiqué le bilan provisoire de l’ONISR sur l’année 2016 (voir notre brève), les chiffres cachent une réalité plus contrastée. Les seniors âgés de 65 ans et plus sont la catégorie de population la plus touchée par l’accidentalité routière. Leur mortalité cumulée sur 12 mois est en hausse depuis trois ans, avec + 30 % par rapport à 2013. A l’inverse, celle des 18-24 ans est restée stable depuis 2015. En observant les chiffres par catégorie d’usagers, l’ONISR confirme également une croissance importante des mortalités des piétons (+ 18 %) et des cyclistes (+ 12 %) sur les douze derniers mois.

Alors que la mortalité routière ne cesse d’augmenter sur le territoire français depuis trois ans, l’organisme redoute le mois de février : « Au moment des grands chassés croisés des vacances de février, en ces périodes de météo instable, la Sécurité routière appelle à l’extrême prudence sur les routes. »

PARTAGER SUR