MWC Barcelone 2017 : l’automobile s’invite dans la téléphonie

Le Mobile World Congress, le grand salon de la téléphonie mobile de Barcelone, voit chaque année la voiture prendre de plus en plus de place dans ses allées. Constructeurs automobiles, fournisseurs de calculateurs, d’architecture de réseaux et de nombre de services s’intéressent de très près au sujet, sur fond de 5G mais aussi de conduite autonome.

- Magazine N°226
1290
MWC Barcelone 2017 : Peugeot Concept Instinct
Peugeot Concept Instinct

C’est une évidence, la connectivité prend une part croissante dans l’automobile. Une tendance amenée à s’accélérer dans la perspective de la prochaine génération de réseau téléphonique à ultra haut débit, la 5G, qui assurera le trafic de l’immense masse d’informations nécessaire à la conduite autonome.

Ultra-connectivité, conduite autonome mais aussi internet des objets, liaison avec la domotique, moyens de paiement embarqués automatisés, navigation prédictive : les thèmes liés à la mobilité ne manquent pas.

Les constructeurs s’affichent

Certains constructeurs sont désormais des habitués du MWC, comme ils participent volontiers aux autres grand-messes comme le CES de La Vegas, voire l’IFA de Berlin. Parmi eux, Ford a voulu jouer à contre-courant et le constructeur est venu avec un stand… sans voitures.

Il est vrai que Ford concentre ses annonces sur des prestations de service, à l’image de l’intégration, dans tous ses véhicules en Europe, d’une connexion 4G à partir de 2018. Le résultat d’un partenariat avec Vodafone, qui autorise une meilleure réception grâce à une antenne intégrée à l’auto, plus puissante que celle d’un smartphone. Une prestation déjà vue ailleurs et qui crée un hotspot wi-fi dans la voiture, ici dans un rayon de 10 m, pour raccorder jusqu’à dix appareils à internet.

Ce système inclura le fameux Ecall, système d’alerte géolocalisée en cas d’urgence, mais aussi une connexion à distance entre l’automobile et son propriétaire par smartphone, pour vérifier le niveau des pleins ou bien localiser le véhicule. Aucun détail sur la tarification n’a été annoncé.

Autre annonce chez le constructeur américain, l’intégration prochaine du populaire système de navigation communautaire Waze dans ses écrans de bord, via le SDL AppLink du consortium SmartDeviceLink, partagé avec Toyota, Mazda, Subaru, Suzuki et PSA. On ne connaît pas la date exacte de cette intégration bien pratique, qui devrait arriver plus ou moins au même moment de cette année que l’application sur Android Auto.

Ford Autolivery
Ford Autolivery

Seat jouait à domicile

En face de Ford, le stand de Seat affichait le lien avec sa ville de Barcelone. Le constructeur y a installé il y a peu son laboratoire de recherche en connectivité (23 ingénieurs, un chiffre appelé à doubler), le Metropolis:Lab, dans le Pier 01, lieu de concentration des start-ups en plein cœur de la ville juste devant le port.

Une volonté de faire partie d’un écosystème, renforcée par une expérimentation grandeur nature : dix citadines Mii électriques (en réalité des VW e-Up! rebadgées car une telle version n’existe pas chez Seat) sont en libre-service pour les quelque 1 000 start-uppers basés au Pier 01.

MetropolisLab Seat
MetropolisLab Seat

La marque se concentre sur les solutions de connectivité, employées par les autres marques du Groupe VW et ici, elle exposait un projet de navigation prédictive en collaboration avec Barcelone. Les infos de cette ville très connectée sont croisées par un algorithme qui peut, en fonction de critères comme les horaires des écoles, la météo ou l’organisation de grands événements tels des matchs de football, plus les statistiques de trafic, calculer les temps de trajet à l’avance et de la manière la plus juste. D’autre part, Seat prévoit une connexion à distance entre le smartphone de l’utilisateur et la voiture grâce à un dongle branché sur la prise OBD (On-Board Diagnostics) et produit par la marque.Seat (2)

Enfin, alors que le Groupe Volkswagen a récemment racheté Travipay, la solution allemande de paiement de parkings, Seat en a profité pour montrer une application embarquée de réservation et de paiement de parking.

Des échanges entre la voiture et la ville

Intéressant, le système Travipay offre aussi, en retour, de partager avec la ville les informations récoltées par la voiture. De fait, les capteurs de proximité sont employés pour détecter les places de stationnement vacantes. Un système prévu pour fonctionner d’ici une ou deux années et qui pourrait contribuer à réduire un trafic barcelonais où 30 % du temps serait consacré à la recherche d’une place.

Invité surprise, Peugeot est venu à Barcelone dans un tout petit stand mais avec un grand effet : il était le seul constructeur à exposer un concept-car qui plus est révélé en exclusivité ! En avant-première du salon de Genève, le très sportif Concept Instinct a dévoilé ses lignes agressives et sa couleur bleu électrique qui a fasciné un public peu habitué à voir une voiture aussi spectaculaire sur un stand du MWC.

Mais au-delà du design, c’est surtout, pour Peugeot, la première fois qu’il expose un concept traitant de la conduite autonome, et la première participation à un salon de ce type. Car derrière des lignes somme toute classiques, l’Instinct propose une interprétation assez particulière de la conduite autonome, voulue partielle seulement. Logique, sachant que pendant de longues années les véhicules devront être conduits par un conducteur dans certains cas de figure (centre-ville, routes sans marquage standardisé, etc.), tout en prenant en compte la notion de plaisir au volant.

L’Instinct de Peugeot en vedette

L’Instinct est donc un véhicule de quatre places, chacune conçue comme un cocon indépendant, à l’opposé des grands vans au plancher plat et à sièges pivotants des nombreux concept-cars représentant la voiture autonome de demain. Deux modes de conduite active et deux modes autonomes sont disponibles.

Une voiture aussi à l’écoute de l’humeur, de l’état de fatigue ou de l’emploi du temps du conducteur au moyen de différents capteurs à bord ou dans une montre connectée. C’est une collaboration avec Sentiance et Icodrive qui a permis le développement de cette application spécifique.

En phases autonomes, le volant se rétracte dans la planche de bord et les sièges peuvent prendre une position plus allongée pour se relaxer, travailler ou se divertir. Un système de connexion au cloud Samsung Artik a été mis en place pour commander des objets connectés. L’auto actionne ainsi automatiquement la fermeture de la maison en partant, prépare la température de chauffage avant le retour ou prérègle une ambiance lumineuse en adéquation avec l’humeur du jour…

Mais au-delà de tous ces automatismes, Peugeot a prévu aussi des rangements pour amener des objets comme des livres que l’on n’a jamais eu le temps de lire. L’occasion se veut idéale, avec le temps dégagé par la conduite autonome, pour se déconnecter !

Relier 5G et conduite autonome

Parmi les autres constructeurs, notons la présence de Daimler avec un service d’auto-partage entre collègues et de BMW, ce dernier ayant refait la démonstration de son système de parking automatique déjà connu.

Mais pour retrouver plus de nouveautés avec une BMW, il fallait passer par le stand Intel où une Série 5 faisait la démonstration du potentiel de la 5G et de la conduite autonome, en partenariat avec Mobileye qui réalise les capteurs nécessaires. Les premiers tests des véhicules rassemblant le savoir-faire de BMW, Intel (avec Ericsson) et Mobileye sont annoncés pour le second semestre.

Enfin, au fil des allées, on remarquait que les stands exposant des véhicules ne manquaient pas (Verizon, Visa, etc.), illustrant chacun le potentiel commercial de la connectivité et de la conduite autonome. Gageons que l’an prochain, on comptera encore plus d’autos dans les halls du MWC.

Ford et la mobilité du « dernier mile »

Sur son stand, Ford proposait différents projets de solutions de mobilité du « dernier mile », dont deux petits engins étonnants issus d’un appel à projets qui a rencontré un grand succès avec plus de 680 participants en interne. Le premier, nommé TriCiti, est une sorte de tricycle électrique pliant et modulable qui transporte une personne assise ou bien fait office de diable pour emporter des charges lourdes, y compris dans des escaliers !

Un petit peu moins convaincant, le Carr-E ressemble à une tondeuse-robot mais il s’agit d’un engin de déplacement pour porter, lui aussi, une personne ou une charge, à la manière d’un gyropode de type Segway, mais sans guidon. Compact et assez léger (une dizaine de kilos), il épouse la forme de l’emplacement de la roue de secours pour mieux s’intégrer dans un véhicule.

Enfin, le constructeur imagine une solution afin d’assurer au plus vite les livraisons légères urgentes en ville (ingrédients pour compléter une recette, médicaments, etc.) : un drone pourrait venir directement livrer à votre fenêtre, après une approche faite au moyen d’une camionnette autonome.

PARTAGER SUR