Naissance d’une alliance entre Toyota et Mazda

Les deux constructeurs japonais opèrent un rapprochement qui, sous couvert de partages technologiques, s’avère stratégique sur l’échiquier mondial.

1628
Alliance Toyota Mazda

Toyota a pour habitude de faire cavalier seul, mais il est désormais difficile d’échapper au jeu des alliances si l’on souhaite rayonner à l’échelon de la planète. Le géant de l’empire du Soleil Levant vient, d’ailleurs, de l’apprendre à ses dépens en perdant, l’an passé, sa place de numéro un mondial. Il était crucial de réagir.

Après avoir pris le contrôle total de Daihatsu en 2016, puis entamé une collaboration avec Suzuki, Toyota s’allie officiellement avec Mazda par une prise de participation de 5 % dans le capital de cet autre constructeur nippon qui, en retour, entre à hauteur de 0,25 % dans celui de Toyota.

Des travaux communs sur la voiture électrique

Plus significatifs que cet échange de capitalisation, de nombreux travaux communs sont à l’ordre du jour, comme celui de se pencher sur les évolutions futures et, notamment, sur le dossier de la voiture électrique ; un domaine où Toyota comme Mazda sont encore peu présents actuellement. La prochaine mise en place d’une unité de production commune (capacité de 300 000 voitures par an) aux États-Unis, permettant de s’affranchir de la politique protectionniste du Président Trump, fait également partie des premiers effets concrets de cette nouvelle alliance.

PARTAGER SUR