Naissance du réseau agréé ZF Service Point VI

Présente dans 54 % des véhicules industriels français et en anticipation de la légalisation sur la clause de réparation prévue par la LOM, ZF recrute 80 ateliers de réparation ZF Service Point VI.

632
ZF Service Point VI

Avec ZF Service Point VI, ZF veut se rapprocher de ses clients en créant un nouveau réseau de 80 agents agréés. Le groupe ZF renforce ainsi sa mainmise sur le marché français des poids lourds et des autocars : ses boîtes de vitesses manuelles ou automatisées équipent 270 000 poids lourds et 46 000 autocars dans l’Hexagone.

Ces ZF Service Point VI interviendront en relais de proximité des 22 ZF Service Partner VI pour gérer toutes les interventions liées aux transmissions sur ses boîtes de vitesses VI. Recrutés parmi les ateliers de réparation multimarques indépendants ou liés à un constructeur, ces agents seront formés et équipés de l’outil diagnostic ZF-Testman IAM. Ils seront aussi soutenus par un support technique et par un accès au portail en ligne SDM pour l’assistance en intervention. Ils pratiqueront ainsi de la maintenance ou du remplacement des boîtes de vitesses ou des composants périphériques. La réparation interne reste, elle, le privilège des Service Partners VI.

ZF Service Point VI, des pièces 100 % d’origine

Les nouveaux adhérents seront identifiés par une signalétique ZF Service Point VI et livrés en pièces et composants 100 % d’origine, directement par la plate-forme ZF Services France d’Antony (92). Condition à leur recrutement, ces ZF Service Point VI devront disposer d’un espace atelier capable d’accueillir plusieurs véhicules et consacrer un à deux mécaniciens aux opérations ZF.

« Adhérer au nouveau réseau ZF Service Point VI est un atout majeur pour nous », commente Stéphane Blandin, directeur département poids lourds chez Niort Frères Distribution, premier parmi les dix ateliers qui ont signé en août dernier. C’est d’autant plus vrai que la présence dans l’Hexagone de ces 80 ZF Service Point VI disqualifiera les ateliers non adhérents en leur niant toute légitimité à intervenir sur les boîtes ZF. Alors que la clause de réparation libérera probablement la réparation mécanique à partir de janvier 2020, la stratégie de ZF pour contrôler son marché apparaît maîtrisée.

PARTAGER SUR