Conducteurs routiers : des salaires et des conditions de travail revues pour 2022

Inspirées par les conséquences de la pandémie, les négociations annuelles obligatoires (NAO) ont prévu en 2021 un important volet social pour lutter contre la désaffection des métiers du transport. Les accords salariaux, eux, reflètent l’inflation grandissante et le souhait de faire cesser la pénurie de conducteurs.
4813
conducteurs routiers 2022
Les partenaires sociaux ont accordé aux salariés deux hausses de 5 % et de 1 % d’ici mai 2022.

Les entreprises de transport ont tâché de corriger la dégradation du métier des conducteurs routiers pour 2022, avec les NAO 2021 (négociations annuelles obligatoires). Elles ont ainsi complété la hausse des salaires des conducteurs par l’amélioration des conditions de travail. L’impact sur la gestion des conducteurs sera d’ordre à la fois financier et organisationnel. Ces conducteurs routiers n’avaient obtenu pour 2021 que 1 % d’augmentation, alors que les confinements avaient fait d’eux les « Héros de la Route ».

Conducteurs routiers : + 5 % en février et + 1 % en mai en mai 2022

Trois organisations syndicales : CFDT, CFTC et Snatt CFE-CGC, et deux fédérations : FNTR et OTRE, ont signé les accords le 14 février 2022. Des accords donc applicables par l’ensemble du secteur au plus tard en 2023. Sur le plan salarial, ils prévoient pour tous les salariés une revalorisation de 5 % des minima conventionnels depuis le 1er février, et d’encore 1 % à partir du 1er mai. L’accord prévoit aussi, avec l’aval de la CGT, de porter à 1,4 % le Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale (PMSS) à partir du 1er juillet. Il prévoit ainsi la création, pour le secteur, d’une garantie incapacité conventionnelle de 0,50 % du salaire. Cette garantie sera cotisée à part égale par l’employeur et le salarié.

salaires conducteurs
Selon le CNR, le surcoût salaires + charges des conducteurs frôlera 10 % au 1er juillet 2022.

Le coût des conducteurs progressera d’environ 10 %

Revalorisant l’ensemble des métiers de la profession, ces augmentations impacteront la trésorerie des entreprises par leur coïncidence avec la réduction à 0,59 % des allègements Fillon depuis janvier. Pour le personnel roulant, le Comité National Routier a déterminé qu’« au 1er juillet 2022, le coût du personnel de conduite (salaires + charges) enregistrera une hausse voisine de 10 % par rapport à janvier 2022. L’incidence spécifique sur le coût de revient hors gazole des poids lourds s’élèvera à + 3,8 % en longue distance ensemble articulé, à + 4,5 % en régional ensemble articulé et + 5,1 % en régional porteurs ». Mais le cabinet Deloitte rappelle qu’une inflation allant de 2,9 à 3,5 % a entretemps généré une perte conséquente du pouvoir d’achat des salariés.

metier conducteur
Les partenaires sociaux revalorisent le métier de conducteur par des avantages sociaux pour éviter la pénurie.

Réglementation de l’accueil des conducteurs chez les chargeurs

D’autres dispositions sociales, qui reflètent les préoccupations des entreprises, entreront en vigueur au 1er mars. Les salariés roulants et sédentaires auront deux jours d’absence rémunérée par enfant hospitalisé et le délai de carence maladie conventionnelle en cas d’hospitalisation sera réduit. Le statut des cadres du transport de marchandises (TRM) sera revu et un accord-cadre d’épargne salariale pourra être mis en place dans les TPE-PME pour valoriser l’ensemble des métiers. Enfin, l’accord prévoit la mise en place, avec l’aval de l’Etat, d’une commission mixte interministérielle qui reverra les conditions d’accueil et de travail des conducteurs chez les donneurs d’ordre et les clients finaux. Des discussions que l’Association des Utilisateurs du Transport de Fret, qui prône une « contribution à l’attractivité du métier de conducteur routier », ne pourra qu’approuver.

chargeurs
Les chargeurs devront revoir leurs conditions d’accueil des conducteurs dans leurs locaux.
PARTAGER SUR