Autonom Shuttle Evo, la première navette autonome de Keolis et Navya

Autonom Shuttle Evo, la navette autonome de Keolis et Navya, sillonne les chemins du Centre National de Tir Sportif à Châteauroux (36).

599
Keolis Navya Autonome Shuttle Evo

« Autonom Shuttle Evo », la navette autonome de Keolis et Navya, circule depuis juin au Centre National de Tir Sportif (CNTS), à Châteauroux (36). Partenaires depuis 2016, l’opérateur de transport public et le constructeur de véhicules autonomes lancent leur premier service de navette autonome. Cette dernière va assurer les déplacements des athlètes et des visiteurs lors des compétitions.

« Autonom Shuttle Evo », la navette autonome du CNTS

La navette « Autonom Shuttle Evo » roule sur le territoire du CNTS depuis le 22 juin 2020. L’engin peut transporter jusqu’à 15 passagers (11 places assises et 4 debout) du parking de l’accueil jusqu’aux stands de tir. Sur ce parcours d’une distance de 1,6 km, la vitesse maximale est fixée à 15 km/h.

Ce véhicule possède une autonomie de niveau 4, c’est-à-dire qu’il exécute ses fonctions de conduite sans opérateur de sécurité à son bord. Cependant, il roule dans une zone fermée et le conducteur peut encore le contrôler.

Keolis Navya Autonome Shuttle Evo
La navette autonome de Keolis et de Navya circule depuis juin au sein du Centre National de Tir Sportif (CNTS).

Une gestion de flotte facilitée par des technologies

Un centre de supervision présent sur le site permet d’exploiter l’engin à distance. Il permet de gérer en temps réel le véhicule et d’assurer une surveillance de l’environnement de la navette grâce à ses caméras. Les agents disposent aussi d’interfaces de contrôle des commandes du véhicule. Ainsi, le superviseur peut intervenir à tout moment sur le véhicule en actionnant le bouton d’arrêt d’urgence. À terme, Keolis et Navya envisagent de « mutualiser des moyens de supervision pour passer de la gestion d’un véhicule à une flotte de véhicules sur le même site puis sur plusieurs sites ».

Autonom Shuttle Evo se déplace en circulation mixte, ce qui comprend un stop et des priorités à respecter. Le minibus électrique détecte les panneaux de signalisation grâce à la communication V2X. Sa dizaine de capteurs de télédétection par laser (ou technologie LIDAR) lui permet d’éviter les obstacles. De plus, les capteurs odométriques implantés au niveau de ses roues mesurent leur vitesse afin d’estimer la position du véhicule lorsqu’il est en mouvement. Son antenne GNSS permet également de déterminer précisément son positionnement.

Retrouvez notre dernier dossier sur les véhicules autonomes ainsi que notre précédente brève