Comment gérer un appel d’offres ?

Nicolas Rousseau, Directeur des systèmes d’information et des achats chez Altran : Altran élargit son appel d’offres européen

Altran, spécialiste du conseil en innovation et hautes technologies, gère 2 000 véhicules en Europe (dont 450 en France).

- Magazine N°156
739

C’est en 2007 que la société se lance dans une structuration de la démarche d’appel d’offres à l’échelle européenne. « A l’époque, il n’y avait aucune politique achat globale. Tout était éclaté. L’objectif était donc de construire une politique loueur sur plusieurs pays, 6 au départ pour arriver à 8 aujourd’hui », explique Nicolas Rousseau, directeur des systèmes d’information et des achats.

Trois loueurs sont choisis à l’époque pour gérer le parc européen : Arval, ALD et ING car Lease (pour les marchés belge et néerlandais). « Nous sommes partis d’une situation fragmentée par pays et il a fallu déterminer des zones d’influence. Un cadre commun a été défini, permettant d’avoir une vision transverse des pratiques et une première harmonisation des modèles en parc, tout en maintenant une flexibilité sur certains points : en Belgique par exemple, la prestation assurances reste gérée en interne. La gestion du parc est ainsi passée progressivement d’une logique de prix public véhicule à un coût complet par catégorie et par collaborateur », explique Nicolas Rousseau.

Entre 2007 et 2008, une action est en outre menée sur la réduction des émissions de CO2. « Nos collaborateurs ont eu le choix entre des modèles plus confortables et d’autres avec des motorisations plus puissantes. Il y a eu un gros travail d’information des salariés qui a permis de réduire de 10 % nos taux d’émissions de CO2 en deux ans, souligne-t-il. A horizon 2011, nous nous sommes fixés un nouvel objectif de réduire nos taux d’émissions de 7 % supplémentaires. »

Trois ans après le lancement de cette stratégie d’uniformisation de la politique automobile en Europe, Altran s’apprête à lancer un nouvel appel d’offres dans le courant de l’année afin d’élargir le nombre de pays concernés et de bénéficier de la consolidation effectuée depuis 2007.

Dans cette perspective, une démarche en 5 étapes clés a été mise sur pied :

  • analyse de l’existant
  • projection du parc et des besoins à 3 ou 4 ans
  • définition d’une liste de véhicules à coter en incluant les nouvelles technologies disponibles (hybrides, électriques)
  • élaboration d’un cahier des charges de services 
  • construction de l’appel d’offres

« Je ne m’attends pas forcément à des gains significatifs sur les loyers financiers. Ce n’est pas mon objectif principal. J’attends en revanche beaucoup sur l’uniformisation des politiques services et une approche globale de la gestion du parc automobile. Nos partenaires loueurs doivent nous aider à choisir les bons modèles et les bonnes pratiques. Nous sommes à l’affût de nouvelles idées – faut-il conserver la LLD ou évoluer vers la LOA ? – et nous allons nous reposer la question de reprendre en interne certaines prestations que nous avions externalisées. Nous cherchons à construire des partenariats dans la durée, tout en «rebenchmarkant» nos accords actuels », précise-t-il.

Comment gérer un appel d’offres ?

PARTAGER SUR