Nijhof-Wassink équilibre charge utile et réduction des émissions

Pour réduire les émissions de ses transports, Nijhof-Wassink Chemical Cargo combine les énergies alternatives avec l’optimisation du transport et la baisse du poids de ses véhicules.
1145
Nijhof-Wassink
Les Volvo FH 460 ch à cabine Globetrotter et équipés d’ailes latérales de cabine de Nijhof-Wassink roulent désormais au HVO100.

Chaque jour, le transporteur néerlandais Nijhof-Wassink Chemical Cargo expédie 550 ensembles routiers de produits chimiques ou d’aliments animaliers en vrac ou en citerne par route ou rail-route au Benelux, en Allemagne, en Pologne et en Hongrie.

Bertil Bouwhuis, directeur général de Nijhof-Wassink, au volant d’un Volvo FH 460

Pour réduire ses émissions CO2 de 10 % d’ici 2025 par rapport à 2020 et de 30 % d’ici 2030, Nijhof-Wassink a lancé son programme « Drive for Green ». En 2050, il veut ainsi aboutir à la neutralité carbone. « Mais pas à n’importe quel prix, et en cherchant un équilibre continu entre la capacité de charge, l’efficacité des chargements et les économies de carburant », précise Bertil Bouwhuis, directeur général de l’entreprise.

Nijhof-Wassink mise sur le GNL et le HVO100

Lié à Volvo Trucks, Nijhof-Wassink a d’abord recouru aux formations à l’éco-conduite des conducteurs et acquis des tracteurs au GNL. Si ceux-ci ont réduit les émissions de CO2 de leurs transports de 23 %, leur surcoût limitait ce résultat à une partie de la flotte. Pour renforcer l’impact écologique, le transporteur a recouru à la technologie I-Save de ses 180 Volvo FH, et au gazole paraffinique de synthèse HVO100, conçu à partir d’huiles usagées et de déchets graisseux recyclés. « Avec l’I-Save, les Volvo Trucks sont 7 % plus efficaces en conduite et produisent moins de CO2, justifie Bertil Bouwhuis. Avec le HVO100, nous émettons 89 % de CO2 et 30 % de particules fines en moins du puits à la roue. »

Nijhof-Wassink utilise aussi des Volvo FH roulant au GNV pour réduire ses émissions carbonées.

Cabines Volvo inférieures à 7 t

Nijhof-Wassink a aussi demandé à Volvo Trucks de réduire le poids de ses véhicules. « Chaque kilo économisé se traduit par une meilleure capacité de charge », rapporte ce directeur. Le constructeur a installé une suspension à simple lame d’essieu, un essieu arrière, un essieu avant et des poutres de châssis à poids optimisé, des freins à disques légers et des supports et réservoirs d’air en aluminium. « Ces options légères maintiennent nos tracteurs bien en dessous de 7 t, se félicite Bertil Bouwhuis. En réduisant aussi le poids des remorques, nous transportons jusqu’à 5 % de produit en plus. »

Nijhof-Wassink pratique aussi le rail-route pour réduire ses émissions carbonées.

Aérodynamisme et planification de charge utile

Bertil Bouwhuis a cependant refusé le retrait des becquets et des ailes latérales de cabine, ainsi que de la climatisation de parking. « Les raccords aérodynamiques pèsent 58 kg, mais ils réduisent de 5 % la consommation de carburant et les émissions de CO2, explique-t-il. Supprimer les options de confort de la cabine réduirait de 200 kg le poids du tracteur, mais rendrait plus difficile la vie de nos pilotes et leur bien-être est gravé dans le marbre. Nos planificateurs de fret compensent en couplant les tracteurs avec les remorques ou les citernes pour réduire le poids et augmenter la charge utile. Nous améliorons aussi notre gestion des pneus », conclut ce dirigeant.

Selon les missions, les opérateurs de fret de Nijhof-Wassink combinent les tracteurs et les citernes pour augmenter la charge utile.
PARTAGER SUR