Nissan IDS : le futur du véhicule autonome ?

Nissan a présenté au salon de Tokyo sa vision du véhicule autonome du futur. Appelé IDS, ce concept car électrique embarque des technologies de sécurité et de contrôle, couplées à un système d’intelligence artificielle.

634
Nissan IDS : le futur du véhicule autonome ?

Si le véhicule autonome devra surmonter de nombreux obstacles pour se démocratiser, les constructeurs continuent de dévoiler leur vision de cette évolution. Dernier en date : Nissan. Le constructeur a mis en avant à Tokyo le concept car IDS, un véhicule électrique doté d’une intelligence artificielle. Conçu « pour s’adapter aux longs trajets », il s’équipe sous son capot une batterie haute capacité de 60 kWh.

Si l’habitacle est éminemment futuriste et autorise par exemple « la disparition du volant derrière le tableau de bord pour faire place à un grand écran plat », c’est du côté de la technologie embarquée que Nissan surprend lors du passage en conduite autonome. Le partenaire de Renault a ainsi déployé à bord de l’IDS « Nissan Intelligent Driving », sa plate-forme technologique de conduite autonome.

L’intelligence artificielle pour éviter l’erreur humaine

Cette interface ouvre l’accès à une conduite entièrement autonome (Piloted Drive), qui permet au véhicule dans la circulation « de se calquer sur le style de conduite et les préférences de chaque automobiliste », détaille Nissan. L’intelligence artificielle se comporte également comme un assistant personnel et peut par exemple fournir « des informations formelles telles que les conditions de circulation, ou personnelles telles que l’emploi du temps ou les centres d’intérêt du conducteur ».

En mode manuel, le conducteur garde le contrôle complet du véhicule, et la plate-forme, grâce à plusieurs capteurs, « surveille la route et peut continuer à assister le conducteur à tout moment, notamment en cas de danger imminent ».

Pour Nissan, qui rappelle que « 90 % des accidents de la route sont dus à une erreur humaine », cette solution a été conçue « pour fournir des performances optimisées par rapport à celles d’un conducteur humain », mais aussi et surtout « atteindre zéro décès sur les routes ».