Nomination : Stéphane Calamia chez Cogepart (13)

Stéphane Calamia est gestionnaire de la flotte automobile chez le spécialiste des transports de précision et dernier kilomètre Cogepart depuis le 24 octobre 2017.

1279
Stéphane Calamia

Cogepart (13)
Transports de précision et dernier kilomètre, plus de 1 100 salariés

La flotte en chiffres
1 389 véhicules en propre, principalement des utilitaires de 12 et 15 m3. 120 à 150 VP et une quarantaine de poids lourds. Ces derniers mois, Cogepart essaie de développer une flotte frigorifique. Les véhicules roulent quasi exclusivement au diesel, sauf une petite partie des VP qui fonctionnent à l’essence. Mais Cogepart vient de décrocher un marché impliquant de nombreux déplacements en ville et va donc étudier des solutions comme le GNV et l’électrique.

Stéphane Calamia, gestionnaire de flotte automobile
31 ans, licence de géographie spécialité aménagement des territoires, BTS transport et prestations logistiques, DESU gestion des opérations logistiques

Parcours professionnel

« Après l’obtention d’une licence de géographie, j’ai travaillé dans un cabinet d’aménagement du territoire. Au bout de quelques années, j’ai eu l’impression d’avoir fait le tour du sujet et de ne pas avoir de perspectives d’évolution. J’ai donc effectué un bilan de compétences qui a indiqué que le secteur de la logistique correspondait le mieux à mon profil.

Après une expérience de magasinier qui m’a plu, j’ai intégré un BTS en alternance dans le transport et les prestations logistiques. J’ai préféré le BTS au DUT car je voulais absolument une alternance pour des raisons financières et parce que les entreprises me semblaient plus intéressées par cette formation. J’ai travaillé en tant qu’approvisionneur chez STMicroelectronics pendant deux ans, une expérience enrichissante grâce à un très bon manager. À la fin de mon alternance, la société m’a proposé un poste mais j’ai préféré continuer mes études.

J’ai ensuite suivi un diplôme d’études supérieures universitaires (DESU) en gestion des opérations logistiques (GOL) à l’université de Troyes. La sélection s’effectue sur dossier et les entreprises retiennent leurs alternants suite à un oral devant un jury professionnel à Paris. J’ai eu la chance d’avoir le choix et j’ai opté pour le transporteur frigorifique Stef car il m’offrait de rejoindre sa filiale internationale à Rungis (94). Après un an et demi d’alternance, Stef m’a proposé de rester mais j’ai préféré rejoindre Heineken à Rueil-Malmaison (92) au poste de coordinateur transport. Une expérience enrichissante même si j’ai dû apprendre sur le tas, mon responsable et mon binôme ayant quitté l’entreprise une semaine après mon arrivée.

Par la suite, j’ai répondu à l’offre de Cogepart. J’ai d’abord eu peur que mon profil ne corresponde pas, mais j’ai bénéficié d’une petite formation en interne. Au final, j’ai été recruté pour mes compétences en gestion de projet, en reporting et en management, et pour mes capacités analytiques. Je suis entré en fonction le 24 octobre 2017. »

VOUS RECRUTEZ ?

Publiez une annonce dans notre rubrique offres d’emploi. Vous pouvez également nous signaler une nomination dans le secteur des flottes automobiles en envoyant un email à la Rédaction

Descriptif du poste

« Je travaille en binôme avec un autre gestionnaire de flotte qui se charge de la gestion opérationnelle liée aux véhicules, par exemple le dépannage, tandis que je gère les commandes, les locations, les renouvellements, l’entretien et les cartes carburant. Je n’avais pas spécialement d’expérience et je suis donc arrivé sans a priori. Mon métier est très intéressant car il donne une vision globale du travail des agences ; je n’avais pas imaginé une dimension aussi transversale. D’autant que je suis dans une entreprise qui évolue vite, avec de multiples projets à mener. Avec quelques mois de recul, je constate que ce métier très dynamique suppose beaucoup de souplesse. »

Principaux objectifs

« J’ai plusieurs objectifs pour le premier semestre 2018. Tout d’abord, nous travaillons avec six pétroliers : je vais devoir renégocier ce panel pour en simplifier la gestion, peut-être en réduisant le nombre de partenaires et en misant sur des acteurs multi-cartes. Ensuite, une deuxième mission consistera à réduire les coûts d’entretien en menant des analyses plus poussées des données de la flotte et en développant l’entretien en amont, en préventif plutôt qu’en curatif. Mon troisième objectif est de basculer en zéro location courte durée, même si cela semble difficile actuellement.

Cette année, je vais aussi avoir à gérer une grosse vague de renouvellements : notre car policy impose de changer les véhicules au bout de 4 ans ou 200 000 km ; si l’âge moyen du parc s’élève à deux ans, nous avons déjà atteint la limite de kilométrage sur de nombreux véhicules. Enfin, nous devrons continuer à soutenir la croissance de l’entreprise en adaptant la flotte. 400 véhicules supplémentaires sont entrés en 2017 et nous attendons un chiffre équivalent en 2018. »

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter