Norauto poursuit ses engagements sur le recyclage et l’économie circulaire

Depuis 1995, Norauto s’est engagé à réduire son impact environnemental avec la mise en place de filières de tri, de collecte et de recyclage de ses déchets. Lors de la journée mondiale du recyclage du 18 mars 2021, il a par ailleurs rappelé l’importance de la valorisation « matière » et « énergétique ».
2053
recyclage Norauto
Chiffres clés sur le recyclage © Norauto

Filtres à particules, pare-brise, voire chiffons souillés… « Même les bleus de travail des collaborateurs sont transformés en T-shirts 100 % recyclés », pointe Norauto. Plus d’une vingtaine de filières de recyclage gèrent aujourd’hui les produits usagés de Norauto.

Le spécialiste de l’entretien auto s’est dernièrement « fixé des indicateurs de valorisation matière et énergétique ». Il espère ainsi tendre vers le « zéro incinération et zéro enfouissement. »

Pneus, huiles de vidange, batteries…

Après leur démontage en atelier, un professionnel trie les pneus et les oriente en fonction de leur état vers le rechapage et/ou le marché de l’occasion. Autre option pour les pneus les plus dégradés : le broyage chez un valorisateur en vue d’une prochaine utilisation.

Les recycleurs séparent, quant à eux, les trois composants principaux du pneu : le textile, la ferraille et le caoutchouc. Ce dernier servira à fabriquer de nouveaux produits. Par exemple, des roulettes de poubelle « made in France » par un partenaire de Norauto. De même, l’enseigne réemploie 57 % de ses huiles de vidange dans l’industrie. Il s’agit ici d’une valorisation matière. Un ancien pneu peut être également réutilisé en combustible de substitution par des cimentiers. Cette valorisation énergétique concerne aussi 43 % des huiles de vidange.

L’enseigne a ainsi recyclé près de 200 000 tonnes de pneus en dix ans. Concrètement, ce recyclage s’exécute pour « 100 % des pneus démontés dans les ateliers », assure Norauto qui a par ailleurs recyclé plus de 2 000 tonnes d’huiles de vidange entre 2019 et 2020.

En outre, les batteries au plomb sont « recyclables à quasiment 100 % », selon Norauto. Elles contribuent à la création de nouveaux produits, après la fonte du plomb, la réduction du plastique en billes et la neutralisation de l’acide. Depuis 2009, Norauto a ainsi contribué au recyclage de plus de 65 000 tonnes de batteries usagées, dont près de 6 000 tonnes rien qu’en 2020.

Le constructeur Renault se positionne également sur l’économie circulaire. Il s’est d’ailleurs récemment associé à Solvay et Veolia pour le recyclage de batteries de véhicules électriques (lire notre article).

… réutilisés en vue d’une économie circulaire

Pour rappel, dans le cadre de son plan stratégique de développement durable, Norauto envisage d’atteindre la « neutralité carbone » pour 2050. Pour y parvenir, il dit s’appuyer « notamment sur la plate-forme iWip d’économie circulaire et de développement durable de Mobivia. »

Depuis fin 2020, Norauto vend désormais des pneus reconditionnés dans 20 magasins de la région parisienne et sur son site internet, en partenariat avec Black Star.

PARTAGER SUR