En quoi consiste le nouveau contrôle technique pollution ?

En prévision de l’entrée en vigueur du nouveau contrôle technique pollution pour les diesel le 1er juillet, l’association Diéseliste de France a fait le point sur le nouveau protocole de contrôle.

700
Controle technique
Source : CNPA

Prévu au départ pour le 1er janvier 2019, le renforcement du contrôle de l’opacité des véhicules diesel entrera en vigueur le 1er juillet prochain, dans le cadre de l’article 65 de loi de transition énergétique d’août 2015. L’association Diéseliste de France a détaillé le nouveau protocole de prélèvement qui nécessite un nouvel appareil pour la mesure et l’analyse des gaz.

En pratique, le véhicule est d’abord mis en température, puis une « canne de prélèvement » est placée dans son pot d’échappement. En parallèle, le technicien entre le numéro d’immatriculation dans le logiciel du contrôle technique pour connaître la valeur de référence déterminée lors de l’homologation du véhicule et stockée sur le serveur de l’Utac, majorée pour tenir compte de l’usure.

Le technicien effectue ensuite une série de mesures en réalisant des accélérations successives. Le résultat s’affiche sur l’écran de l’instrument de mesure : l’opacimètre. « Si lors les deux premières mesures, une instabilité de valeur relevée d’opacité, de vitesse d’accélération ou de différence de régime maxi est constatée, la valeur moyenne de pollution n’est pas prise en compte. Dans ce cas, les tests sont répétés jusqu’à 7 fois, jusqu’à ce que 3 tests rentrent dans les tolérances de stabilité », précise l’association. Finalement, la valeur obtenue est comparée automatiquement à la valeur de référence et selon les cas le véhicule est déclaré conforme ou non.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter