Nouveau C-HR : Toyota vise 85 % d’hybrides

En faisant l’impasse sur un moteur diesel, Toyota France force la mise pour son crossover compact.

1226
Nouveau C-HR : Toyota vise 85 % d’hybrides

C’est un nouveau concurrent des SUV compacts assez particulier que Toyota lance fin novembre puisque, à l’instar de sa marque premium Lexus, il ne sera pas disponible en diesel.

Ce n’est pas de la vente forcée pour la version hybride directement issue de la récente Prius de quatrième génération et Ludovic Billiet, directeur du marketing France, pense même que près de 40 % des ventes se feront à une clientèle « business », professions libérales et entrepreneurs en majorité. Et avec un taux de conquête de 70 %, ce C-HR ne remplaçant aucun véhicule dans la gamme du japonais.

Ce pari repose donc sur le pouvoir de séduction de ce SUV d’un genre nouveau qui, avec ses 4,36 m de longueur, est à peine plus long que l’Auris et bien plus court que le RAV-4. Un vrai boulevard pour Toyota qui vise 15 000 ventes l’année prochaine (troisième derrière Yaris et Auris) et parie sur le style très clivant de ce crossover coupé à 1,55 m de hauteur seulement.

À partir de 82 g de CO2

Du côté des mécaniques, on retrouve donc la chaîne de traction hybride de la récente Prius avec le 1.8 l essence développant 98 ch et 142 Nm de couple, aidé par un moteur électrique de 53 kW et 163 Nm, les deux combinés offrant un total de 122 ch qui entraînent les roues avant.

La consommation de ce CH-R ressort à 3,6 l/100 km (82 g, bonus 2016 à 750 euros) pour un prix débutant à 28 500 euros TTC et 28 950 euros en Dynamic Business (86 g de CO2 avec roues de 18 pouces). La version essence 1.2 Turbo développe pour sa part 116 ch (135 g, à partir de 22 900 euros). Ce moteur permet d’accéder à la transmission intégrale, obligatoirement avec la boîte auto CVT, à partir de 27 400 euros (143 g).

PARTAGER SUR