Nouveau Master et nouvelle référence : Renault Master 2.3 dCi L2H2 125

Le Renault Master est le modèle le plus vendu de sa catégorie en France. Réussi, le nouveau modèle devrait sans souci conserver sa position dominante. Les utilisateurs apprécieront son confort et son agrément de conduite d’un très haut niveau.

3923
Renault Master 2.3 dCi L2H2 125

Le nouveau Master en impose. Avec sa large calandre à fanons, impossible de le confondre avec le modèle actuel. L’augmentation de la longueur d’une dizaine de centimètres au total profite essentiellement à la cabine de conduite (+ 5,7 cm). Le siège conducteur se recule davantage ce qui permet d’accueillir dans d’excellentes conditions le conducteur quel que soit son gabarit.

 

A l’intérieur, la différence avec le modèle actuel saute également aux yeux. La planche de bord est entièrement nouvelle et les matériaux employés sont de bien meilleure facture avec des plastiques de bonne qualité. Les occupants apprécieront également les très nombreux rangements disséminés un peu partout dans l’habitacle. On notera plus particulièrement les vides poches basculant sur le haut des portières, la prise accessoire en haut à droite de la casquette du tableau de bord, le porte document rétractable ou encore la très astucieuse planche de travail orientable au dos du siège central pour les véhicules disposant de trois places. En revanche, les passagers de ces mêmes versions trois places devront se satisfaire d’une assise un peu trop courte et d’un dossier encore très vertical.

 

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Un moteur discret et efficace

 

Une fois à bord, le conducteur appréciera aussi l’amélioration de la vision grâce à de larges surfaces vitrées, un pare-brise de grande dimension et le capot plongeant. Quant au volant, il est placé en position plus verticale que sur le précédent modèle, ce qui est plus appréciable en conduite. Dommage toutefois que ce dernier ne soit toujours réglable qu’en hauteur et pas en profondeur. Les nombreux réglages du siège conducteur (suspendu en option) permettent quant à eux de trouver une très bonne position de conduite. Autre amélioration : le pédalier est désormais dans l’axe du volant, ce qui n’est pas toujours le cas sur les utilitaires.

 

Toutes ces améliorations permettent de rouler longtemps dans de bonnes conditions. Au démarrage, le moteur 2.3 dCi (dérivé du 2.0 dCi que l’on retrouve dans la Laguna) s’ébroue discrètement. L’insonorisation et la filtration des vibrations sont très bonnes, ce qui participe à l’agrément de conduite de ce nouveau Master. Notre modèle d’essai était équipé d’un moteur qui développe 125 ch à 3 500 tours/minute. Plus impressionnant, son couple de 310 Nm est disponible sur une plage comprise entre 1 250 et 2 500 tours/minute. Des performances qui rendent les accélérations et les relances très satisfaisantes. Le confort est en très net progrès : la tenue de cap est bonne, tout comme le freinage, plaçant le Renault Master en tête de sa catégorie en la matière (environ 45 m pour passer de 100 km/h à l’arrêt). Les suspensions maintiennent bien la caisse et la prise de roulis est très bonne.

 

Enfin, il faut souligner les efforts consentis par Renault pour abaisser les coûts de détention et d’utilisation de son utilitaire (abandon de la courroie de distribution pour une chaîne, endurance améliorée des freins, intervalles de vidange et de révision poussés à 40 000 km ou 2 ans). En bref, le nouveau Master a tous les atouts pour s’imposer comme une nouvelle référence de la catégorie, tant du point de vue de l’ergonomie que des performances ou du confort. A noter que la gamme de fourgons traction et propulsion va de 8 à 17 m3.