Un nouvel étiquetage pour les carburants

À compter du 12 octobre 2018, un nouvel étiquetage des carburants sera visible dans les stations-service et sur tous les véhicules neufs.

2906
nouvel etiquetage carburant
© Dila

Cette évolution de l’étiquetage est imposée par la directive européenne 2014/94/UE du 22 octobre 2014 sur le déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs. En effet, son article 7 est consacré à l’information des utilisateurs. Il spécifie que « les États membres [doivent s’assurer] que des informations pertinentes, cohérentes et claires sont disponibles en ce qui concerne les véhicules à moteur », via des « dispositions en matière d’étiquetage ». Cet étiquetage doit être apposé de manière visible sur les pompes et leurs pistolets. Il devra aussi être affiché sur ou à proximité immédiate des bouchons de remplissage ainsi que sur les manuels d’utilisation dans tous les véhicules neufs ou immatriculés à partir du 12 octobre 2018.

Des formes géométriques pour différencier les types de carburants

La Commission européenne a demandé en 2015 au Comité européen de normalisation (CEN) d’élaborer une nouvelle norme fournissant des symboles graphiques : la norme EN 16942, approuvée le 12 octobre 2016 et publiée en avril 2017. En France, une série d’arrêtés publiés avant l’été ont déclenché la transposition nationale de la directive et l’application de la norme.

De manière générale, les carburants seront désormais différenciés par une forme géométrique : un cercle pour l’essence, un carré pour le diesel et un losange pour les carburants gazeux. Pour ces derniers, c’est ensuite l’acronyme (anglais) contenu dans le losange qui fera la différence : H2 pour l’hydrogène, CNG pour le gaz naturel comprimé, CNL pour le gaz naturel liquéfié et LPG pour le gaz de pétrole liquéfié.

nouvele etiquetage carburants
(c) CEN

Essence et diesel : la teneur en biocarburant clairement affichée

Les carburants de type essence et diesel seront quant à eux représentés par une lettre suivie d’un nombre indiquant leur teneur maximale en biocarburant. Plus précisément, les carburants de type essence seront représentés par la lettre E suivie de la teneur en éthanol : « E5 » pour l’actuel sans-plomb 98, « E10 » pour le sans-plomb 95-E10 et « E85 » pour le superéthanol-E85. De même, les carburants de type diesel seront symbolisés par la lettre B suivie d’un chiffre indiquant leur teneur maximale en esters méthyliques d’acide gras (EMAG). Seule exception : le diesel synthétique, non dérivé du pétrole brut, abrégé en « XTL ».

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Un déploiement à l’échelle de l’Europe

Ces nouvelles étiquettes doivent aider les consommateurs à ne pas se tromper de carburant, en faisant correspondre l’étiquette de leur véhicule avec celle de la pompe. À compter du 12 octobre 2018, elles devront avoir été déployées dans les 28 États-membres de l’Union européenne et dans les 3 États-membres de l’Espace économique européen (Islande, Liechtenstein et Norvège), ainsi que dans 4 pays voisins : la Macédoine, la Serbie, la Suisse et la Turquie.