Olivier Jouannic, responsable de la flotte d’OGF

Le numéro un français des services funéraires est à la tête d’une flotte de 3 200 véhicules. Olivier Jouannic, le responsable du parc, explique l’importance des pneumatiques dans sa mission.

- Magazine N°148
1138
Olivier Jouannic

J’ai une maîtrise de gestion. Pour mon premier poste, j’ai travaillé pendant deux ans chez Arval. Depuis 2000, je suis responsable de parc. Avec le temps, j’ai vu le métier évoluer vers davantage de professionnalisme. Auparavant, c’était le type dont on ne savait pas quoi faire qui s’occupait de la flotte. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Après avoir été responsable de la flotte de Johnson & Johnson, j’assume désormais les mêmes responsabilités pour OGF. Le groupe est organisé en agences régionales. Nous demandons à chaque responsable d’agence de surveiller l’entretien des véhicules. Les pneumatiques sont sous sa responsabilité et il s’acquitte de cette tâche.

Ce poste est particulièrement important car lors de la restitution des véhicules aux loueurs, si les enveloppes sont usées à plus de 50 %, ils vous les facturent. Non seulement le budget réservé aux pneumatiques est important, mais il joue un rôle prépondérant en matière d’économies potentielles et de sécurité.

Pour l’entretien et le changement de nos pneumatiques, nous avons des accords avec des enseignes spécialisées. Elles nous informent sur ce qui a été dépensé et ce, aussi bien en matière de volume que de prix ou de typologie. Nous faisons appel à Speedy, Euromaster et Point S pour avoir un maillage optimal du territoire. Sur ce poste, nous ne travaillons pas avec les réseaux des constructeurs car ils ne sont pas capables d’avoir un barème national. Nous ne savons pas si le garage qui arbore l’enseigne du constructeur est une filiale ou un agent, or l’un et l’autre ne pratiquent pas les mêmes tarifs. Les accords passés au niveau national ne sont pas forcément appliqués dans l’ensemble du réseau du constructeur.

Nous avons choisi de référencer les marques «premium ». Pour les véhicules particuliers, les utilisateurs veulent du Michelin. Sur la pression et l’état d’usure des pneumatiques, nous les informons via l’envoi de mail. Deux fois par an, avant les vacances d’été et en octobre, nous les sensibilisons sur ces points. Nous n’avons pas généralisé le pneu hiver. Il n’est pas question de monter un train hiver si c’est pour traverser uniquement le Bois de Boulogne.

PARTAGER SUR