Opel progresse auprès des flottes

En dépit d’un volume de ventes en baisse, Opel redore son blason auprès des flottes et se restructure avec une offre électrifiée à fort potentiel. Bilan de la récente conférence de presse tenue à Paris.
1241
Opel flottes
L’Opel Astra PHEV de 180 ch dispose d’une autonomie réelle de 50 km en mode électrique. © Opel

Depuis qu’elle a rejoint le groupe Stellantis, la marque allemande Opel se porte mieux, y compris dans sa stratégie pour les flottes. C’est le constat d’une conférence de presse d’Opel, qui s’est récemment tenue à Paris. Pour mémoire, Opel a pu revaloriser son image grâce à un nouveau design et une identité réaffirmée, que l’on retrouve notamment sur le Mokka, la nouvelle Astra et le Grandland restylé. Au sein du groupe, le constructeur se positionne désormais aux côtés de Peugeot dans la catégorie des généralistes premium, soit un cran au-dessus de Citroën et Fiat. Pour Igor Dumas, directeur de la marque, nul besoin de désigner la cible : il s’agit bien évidemment de Volkswagen.

Progression des parts de marché d’Opel

Si la situation reste toujours compliquée pour Opel au niveau des volumes de ventes, en baisse de 2,38 % au global (33 657 immatriculations) en 2022, sa part de marché VP et VUL progresse de 0,4 % par rapport à 2021. Ainsi, elle atteint 2,1 % sur le canal BtoB (2,38 % au global). Pour les seuls VP, Opel réalise même la deuxième meilleure performance du marché (+ 0,9 % de part de marché), après Kia (+ 1,1 %). Igor Dumas se veut optimiste pour 2023 : « Nos prises de commandes ont augmenté de 16 % sur l’ensemble des canaux. Notre portefeuille de clients à livrer a explos » de 146 % ! ». Et Opel doit ce succès aux flottes.

Chez Opel, des valeurs résiduelles en hausse grâce aux flottes

En effet, cette progression relative est clairement due aux flottes qui réalisent une percée de respectivement + 45 % pour les sociétés et + 69 % pour les loueurs (LLD). Ce qui compense l’érosion des ventes aux particuliers, en baisse de 15 % cette année. La division par trois, depuis 2019, des ventes sur les canaux dits tactiques (VD) constituerait un autre motif de satisfaction. Elles s’élèvent à 5 611 immatriculations en 2022. Par conséquent, « les valeurs résiduelles des modèles Opel ont progressé, poursuit Igor Dumas. Tout comme le panier moyen. Aussi, notre réseau de concessionnaires respecte mieux ces VR. L’écart défavorable d’appréciation des VR a baissé, de 5 % en 2019, à 0,7 % en 2022. »

Une large gamme électrifiée

Pour continuer à progresser sur le marché BtoB, Opel compte sur une gamme VP et VUL complète et largement électrifiée. Côté VP, on retrouve les Corsa-e, Mokka Electric et prochainement Astra GSE 100 % électriques. Mais aussi les Astra et Grandland en version hybride rechargeable (PHEV). Côté VUL, un marché déterminant pour les flottes, tous les modèles d’Opel se déclinent en électrique (Combo-e, Vivaro-e et Movano-e), sans oublier les vans Combo-e Life et Zafira-e Life pour le transport de personnes. Soit dix modèles électrifiés au total. De quoi soutenir l’ambition du Blitz de ne vendre plus que des modèles zéro émission en 2028 en Europe.

En France, Opel s’appuie sur un réseau de 233 concessions, dont 65 business centers, et 333 réparateurs agréés, tous arborant la nouvelle identité de la marque.