Opel Zafira : dans le sillage de l’Astra

Repositionné vers le haut du segment des monospaces, le Zafira adopte les codes stylistiques de l’Astra avec bonheur. Et les motorisations sont mises à jour.

987

Né en 2011, le Zafira a droit à un restylage en profondeur de sa face avant qui passe d’une lecture verticale à une horizontalité plus seyante et dynamique, comme sur la récente Astra. La signature lumineuse reprend les canons actuels du design avec un trait qui joint la calandre aux deux phares (à LED et non plus bi-xénon), et une grille nettement séparée du pare-chocs. Bien mieux posé sur la route, ce grand monospace a fière allure.

À l’intérieur, même remaniement en profondeur avec une planche de bord plus basse qui intègre enfin l’écran multimédia tactile au milieu et juste au-dessus de la console centrale. Oubliée cette protubérance de l’ancienne génération qui masquait la visibilité vers l’avant. Le volant est lui bien plus agréable au toucher.

Pour le reste, on retrouve la modularité Flexrail pour faire coulisser chaque siège avec une grande amplitude. Le confort à bord fait donc un bon pas en avant, surtout pour l’ergonomie du poste de pilotage, avec une sellerie déjà de bonne facture qui favorise les voyages au long cours.

Nouvelle suspension pilotée

En revanche, pas de modification pour la plate-forme qui demeure celle de l’ancienne Astra. Opel a pourtant marqué le coup pour les liaisons au sol et une suspension pilotée Flex-Ride à trois programmes est en option (Standard, Sport et Confort). La fermeté ou la souplesse engendrée de l’amortissement, bien calibré, se double d’une assistance à la direction variable – plus dure ou plus souple –, ainsi que d’une réponse à l’accélérateur et d’une cartographie moteur plus ou moins réactives. Au quotidien, le programme par défaut Standard remplit tout à fait son office. Comme pour tous ces systèmes de pilotage électronique, dès que vous accélérez le rythme et bousculez un peu la voiture, la gestion la plus sportive prend le dessus.

Ceci est d’autant plus vrai avec le seul moteur proposé lors des essais, le 2.0 CDTI de 170 ch et 400 Nm (165 ch auparavant, commun avec Fiat qui en équipe la nouvelle Alfa Giulia) qui emmène ce Zafira « des familles » dans des performances bien inutiles (208 km/h, 0 à 100 km en 9,8 s). Pourtant, il parvient à demeurer à tout juste 129 g/km de CO2 (4,9 l/100 km) avec les roues de 17’’ et les pneus à faible résistance.

La gamme turbodiesel sera rapidement complétée par le 1.6 CDTI en 120 ch (119 g) ou 136 ch (119 g) en finition Business Édition, respectivement à 32 260 et à 33 010 euros TTC.

PLUS

Restylage réussi • Agrément de conduite • Habitabilité et confort

MOINS

Insonorisation perfectible • Ancienne plate-forme • Gamme à compléter

Opel Zafira 2.0 CDTI Blueinjection
Moteur (cm3) 1 956
Puissance/couple (ch/Nm) 170/400
Conso. mixte (l/100 km) 4,9
Émissions de CO2 (g/km) 129
Vitesse maxi (km/h) 208
0 à 100 km/h (s) 9,8
Poids à vide (kg) 1 775
Charge utile (kg) 680
Coffre (l) 710/1 860
L x l x h (mm) 4 666 x 1 884 x 1 660
À partir de (€ TTC) 32 450
Valeurs futures
Opel Zafira 2.0 CDTI 170 ch BlueInjection
Innovation
Énergie Diesel
Boîte de vitesses Manuelle
Carrosserie Monospace
Cylindrée (cm3) 1 956
CO2 (g/km) 129
Ch din 170
Prix neuf TTC (€) 32 450
Mois 42
Km total 100 000
Valeur reprise TTC (€) n. c.
Valeur reprise n. c.
Valeur vente TTC (€) n. c.
Valeur vente n. c.

Source : Forecast Autovista, septembre 2016.

PARTAGER SUR