Publi-Communiqué

Ouest France adopte Renault MOBILITY

Ouest France a déployé Renault MOBILITY pour optimiser l’utilisation de ses véhicules. Grâce à la solution d’autopartage, les journalistes et les collaborateurs du groupe peuvent faire appel à toute heure aux 13 VP disponibles.

1326
Ouest France Renault MOBILITY service d'auto-partage

La réorganisation d’une entreprise ou de l’un de ses départements préfigure un nouveau départ. Quand le siège rennais du quotidien Ouest France a décidé de fermer son atelier d’entretien et de réparation, le fonctionnement de la flotte a été revu et corrigé.
Ouest France achète ses véhicules et les garde jusqu’à dix ans ou 200 000 km. Au siège rennais, le quotidien régional possède 150 véhicules de fonction et de service. Jusqu’en avril 2017, 20 VP étaient proposés aux salariés du siège qui n’étaient pas éligibles à un véhicule de fonction ou de service, et n’employaient pas leur véhicule personnel pour des missions professionnelles. Cette utilisation était alors refacturée à l’entité de rattachement du collaborateur.

Quand l’atelier a été fermé, Ouest France a redéployé ce service et mis en place Renault MOBILITY, la solution d’autopartage du constructeur français. Désormais, 13 véhicules peuvent être réservés via un site internet ou un smartphone, et empruntés par les salariés pour des usages professionnels. La flotte Renault MOBILITY est ouverte à tous les salariés de Ouest France et de ses filiales quand ils ne sont pas détenteurs d’un véhicule de fonction ou de service. Sur l’intranet du quotidien, un lien permet de rejoindre le site de Renault MOBILITY et de s’inscrire facilement à ce service.

La flotte de Ouest France

  • 500 véhicules dont 122 VP, 366 VUL et 6 poids lourds
  • 150 véhicules au siège à Rennes
  • 13 véhicules en autopartage à travers Renault MOBILITY

Une flexibilité pour coller à l’actualité

Le responsable de la flotte bénéficie d’une vision globale des utilisations et facture chacune d’elles aux entités concernées. L’accès au véhicule se fait soit avec le badge de l’entreprise, soit avec l’application smartphone dédiée.

Avant de déployer l’autopartage, Ouest France a étudié le recours à la location courte durée et lancé un appel d’offres auprès de plusieurs prestataires. Finalement, Ouest France a changé son fusil d’épaule et adopté l’autopartage.


« Renault Mobility est beaucoup plus économique que la LCD. »
Aurélie Tronchet, assistante des services généraux en charge de la gestion de la flotte, Ouest France.

« Renault MOBILITY est beaucoup plus économique, explique Aurélie Tronchet, assistante des services généraux en charge de la gestion de la flotte. Les collaborateurs n’ont pas à se déplacer jusqu’au site d’un loueur de courte durée avec leur propre véhicule, et Ouest France n’a pas à supporter le coût d’un plein de carburant si celui-ci n’a pas été fait avant la restitution. En outre, Renault MOBILITY permet de supprimer un travail administratif chronophage de traitement des notes de frais. » Autre avantage, la flexibilité des horaires (24 h/24 et 7 j/7) : « C’est nécessaire pour des journalistes qui doivent disposer d’un véhicule dans l’heure ou du jour au lendemain quand l’actualité le demande », souligne Aurélie Tronchet.

Au départ, les salariés de Ouest France ont eu des réactions contrastées. Avec la fermeture du garage, certains se montraient réticents et inquiets pour l’avenir. D’autres ont manifesté leur enthousiasme pour ce service innovant. Aujourd’hui, les craintes ont été levées et tous les collaborateurs apprécient Renault MOBILITY.

Vers la mobilité électrique

Pour aller plus loin, Ouest France envisage d’intégrer des véhicules électriques à Renault MOBILITY, et d’implanter ce type de technologie dans les rédactions départementales. Autre évolution, la régie publicitaire viendra occuper l’espace laissé vacant par l’ancien garage. Plus de 350 personnes renforceront alors les effectifs au siège à Rennes. « Des services vont devoir se développer, anticipe Aurélie Tronchet. La flotte va s’élargir et se mutualiser. » Avec Renault MOBILITY, Ouest France franchit une étape vers une mobilité réinventée. Partager sa flotte se montre plus économique et plus écologique.



Avis d’expert

« La mobilité : un des services sociaux d’une ville »

Gil Avérous, maire de Châteauroux et président de Châteauroux Métropole
Gil Avérous, maire de Châteauroux et président de Châteauroux Métropole

« À Châteauroux, nous accordons une importance particulière aux déplacements et à la mobilité. Nous avons été les premiers à mettre en place la gratuité dans les transports en commun. Grâce à cette mesure, la fréquentation a triplé. Faciliter la mobilité participe au développement du service social d’une municipalité.

Lorsque le concessionnaire Renault a présenté Renault MOBILITY, nous avons été très intéressés. Nous pouvions intégrer des modèles Renault mais aussi des véhicules de la collectivité dans cette flotte en autopartage. Et nous avons apprécié que le service soit ouvert dans la journée mais également le soir et le week-end. Renault MOBILITY nous a paru pertinent et nous avons accompagné son déploiement.

La municipalité a mis des espaces publics à disposition du constructeur. Un marquage spécifique permet d’identifier rapidement les emplacements. Nous avons d’abord déployé six véhicules. Au bout de sept mois, nous avons supprimé deux emplacements et en avons rajouté six, trois sur des sites privés et trois sur la voie publique. Dorénavant, Renault MOBILITY compte dix véhicules : des ZOE, TWINGO, CLIO, MEGANE, KANGOO et TRAFIC. Les associations apprécient le minibus 9 places en autopartage et KANGOO sert entre autres à évacuer des encombrants ou d’autres objets et détritus vers la déchèterie.

Pour les VP, les tarifs s’élèvent à 7 euros entre 7 h 00 et 20 h 00, et à 5 euros entre 20 h 00 et 7 h 00. Pour les VUL, les tarifs sont de 9 à 10 euros dans la journée, et de 7 à 8 euros le soir et la nuit. ZOE est le véhicule le plus employé alors qu’il est localisé dans une petite rue derrière le Renault Minute où il y a peu de passage. Nous avons libéré l’un des deux emplacements de notre borne de recharge située en centre-ville pour proposer une deuxième ZOE.

L’étape suivante pourrait conduire à équiper notre propre flotte de la solution Renault MOBILITY. Nous partagerions les recettes avec Renault et cela rentabiliserait nos véhicules, notamment en ouvrant leur accès au grand public. De plus, les agents de la municipalité n’ont pas le droit de rentrer chez eux avec les véhicules de la flotte : avec Renault MOBILITY, ils pourraient le faire. Autre projet à l’étude, nous allons mutualiser le parc de la ville et celui de l’agglomération. »

PARTAGER SUR