Outils connectés : au service de la sécurité

Aux côtés de la télématique embarquée, la ressource la plus courante pour contribuer à la sécurité des salariés, d’autres outils connectés se font une place. C’est le cas des applications mobiles ou bien encore des intranets, entre autres pour diffuser des informations. Illustrations avec les témoignages des entreprises utilisatrices de ces dispositifs.

- Magazine N°248
1245
outils connectés sécurité

L’application Mode conduite de la Sécurité Routière, qui bascule le téléphone en mode veille lorsque le conducteur est au volant, n’a pas été utile pour Le Calvez. Chez ce transporteur de l’Ouest de la France, un outil similaire a été mis au point il y a une vingtaine d’années. « C’était un système avec des fils et branché sur le frein de parc. Quand on le déclenchait, une impulsion électrique passait le téléphone en messagerie », décrit ainsi Pascal Boulanger, le directeur hygiène sécurité environnement qualité.

La téléphonie des camions passe désormais par des tablettes de type informatique embarquée. « Mais il faut veiller à ce que les chauffeurs n’aillent pas dans les menus pour la désactiver », avertit le responsable. Le Groupe Le Calvez compte 730 chauffeurs routiers sur 1 000 collaborateurs, pour 580 véhicules.

Ce dispositif illustre la diversité des solutions pour garantir la sécurité des salariés en déplacement. Parmi les applications, les propositions sont nombreuses. On trouve Drive or Phone, sur le principe de Mode Conduite, ou Effidrive de Michelin, une plate-forme d’applications destinées aux conducteurs de poids lourd, avec des thèmes variés de la vérification de l’état du véhicule à l’éco-conduite.

La télématique s’impose

Outre ces outils, la télématique consolide sa diffusion. « Chez Onet, nous allons créer un groupe de travail pour réfléchir à son utilisation et nous avons prévu une réunion avec le responsable de flotte, d’assurance et des RH », indique Nathalie Da Silva, responsable prévention des risques routiers et écomobilité de ce spécialiste des services aux entreprises (voir le témoignage).

Autres instruments connectés : les intranets. Chez Safran, une démarche de sensibilisation a récemment été menée sur l’intranet en libre accès. Cette action touchait le problème croissant de la sécurité des piétons. « Une partie de nos salariés victimes d’accidents le sont du fait de heurts lors de trajets à pied. Cela est lié au téléphone portable mais aussi à un moment de moindre vigilance sur des trottoirs de plus en plus partagés dans les villes », note Loïc Sahut, coordinateur référentiel et performance santé, sécurité, environnement de l’équipementier aéronautique (voir le témoignage).

Et ces intranets peuvent aussi être utiles pour les formations. C’est la piste envisagée chez Axa. « Nous travaillons sur une plate-forme d’e-learning avec différents accès selon les risques métiers des salariés : risques chimiques, chutes de hauteur, etc. Et nous souhaitons créer une thématique orientée sur le risque routier. Cela permettra aux salariés d’accéder à la plate-forme de formation en ligne pour repasser les modules quand bon leur semblera. Nous réfléchissons aussi à des “serious games“ dans le cadre de cette plate-forme », anticipe Christophe Gerum, le responsable du département santé, sécurité, exploitation de l’assureur en France.

PARTAGER SUR