Parcours complète sa feuille de route

Parcours semble être le seul à garder le sourire. Indépendant des constructeurs et des banques, le loueur fête cette année ses 20 ans, l’âge d’un premier bilan.

- Magazine N°148
503

Avec 16 agences en France et 4 à l’étranger (Belgique, Luxembourg et Espagne), Parcours gère plus de 31 000 véhicules pour le compte de 2 500 entreprises et ce, de la TPE au grand compte. En 2008, ce loueur longue durée a réalisé un chiffre d’affaires de 185 millions d’euros (+ 28 % par rapport à 2007) avec 185 collaborateurs.

« Alors que le nombre de véhicules mis à la route par les loueurs a reculé de 4 % en 2008, nos livraisons ont, elles, connu une progression de 24 % », se félicite son PDG Jérôme Martin. Quant au parc géré par Parcours, il a progressé de 27 % alors que le parc global géré en LLD n’a progressé que de 6 % sur la même période. Désormais, Parcours arrive en 7ème position dans le Top 10 de la LLD. Cela étant, Jérôme Martin prévoit une année plate pour 2009.

En 2008, Parcours a mené à leur terme de nombreux chantiers. Ainsi, le loueur a ouvert un site «3D» à Annecy. 3D pour trois divisions et trois activités sur un même site : la location longue durée, la revente de VO et l’atelier de mécanique et de carrosserie. A ce jour, Parcours compte trois centres 3D alors qu’un 4ème devrait ouvrir ses portes à Aix-en-Provence en 2009. Parallèlement, Parcours a ouvert des agences à Lille et Tours.

Fort de ses résultats, Parcours a mis sur pied un plan ambitieux pour son développement. Baptisé GPS 2012 –GPS pour Grandir, Performer et Servir-, ce plan vise à atteindre 60 000 véhicules en parc d’ici à 4 ans et à transformer l’ensemble de ses agences en centres 3D à la même échéance. « Multiplier notre parc par deux à l’horizon 2012 est un objectif raisonnable. Nous avons réalisé cette performance sur les 4 dernières années. Sur 20 ans, nous avons connu une croissance annuelle moyenne de 30 %. Dans les dix dernières années, cette croissance annuelle moyenne a été de 23 % », explique Jérôme Martin.

PARTAGER SUR