Paris : de nouvelles aides pour les véhicules propres

Anne Hidalgo a annoncé lundi 11 décembre la mise en place de nouvelles aides financières pour soutenir le déploiement de véhicules à faibles émissions.

1392
Ville Paris - aides vehicules propres professionnels

Alors que la ville de Paris s’est engagée mi-octobre avec onze autres métropoles à supprimer les véhicules thermiques d’ici 2030, plusieurs aides vont venir compléter celles mises en place en 2015. Du côté des professionnels, les autocaristes franciliens qui travaillent à Paris pourront recevoir jusqu’à 9 000 euros pour l’achat d’un autocar électrique ou GNV ; tandis que auto-écoles parisiennes auront droit jusqu’à 6 000 euros pour l‘acquisition d’un VE. Pour les autoentrepreneurs, TPE et PME de moins de 50 salariés, ce sera jusqu’à 600 euros pour l’achat d’un vélo cargo et jusqu’à 1 200 pour celui d’un triporteur.

Les « artisans-taxis » ne sont pas oubliés : les aides à l’achat de taxis neufs électriques ou hybrides seront complétées pour couvrir également les véhicules d’occasion, jusqu’à 3 000 euros. « Nous allons aussi financer jusqu’à 4 000 euros les artisans-taxis qui veulent installer une borne de recharge électrique à leur domicile, a annoncé Anne Hidalgo. Ils pourront aussi bénéficier de 200 euros de crédit de recharge électrique sur nos bornes Belib’ présentes sur l’espace public. »

Quel impact sur la santé publique ?

En parallèle, la maire de Paris a dévoilé avec Arnold Schwarzenegger, président-fondateur du réseau des régions R20, une étude du réseau mondial de villes C40 qu’elle préside. L’étude estime que la suppression des véhicules thermiques entraînera une baisse de la concentration de particules fines intra-muros d’environ 1,3 microgramme par mètre cube.

« À Paris, cette baisse de la pollution de l’air permettra de prévenir chaque année 400 décès et représentera un gain de 21 jours d’espérance de vie en moyenne pour les Parisiens. Cela évitera également plus de 7 600 admissions annuelles à l’hôpital pour des problèmes respiratoires ou des problèmes cardiovasculaires liés à la pollution de l’air », a conclu le C40.

PARTAGER SUR