De l’autopartage et des véhicules électriques à l’Insep

Toyota et sa filiale Kinto vont déployer plusieurs services de mobilité sur le site de l’Insep dans les prochains mois, dont de l’autopartage, une flotte de véhicules électrifiés et des bornes de recharge.
4432
Site de l'Insep dans le bois de Vincennes
Source : Insep

L’institut national du sport, de l’expertise et de la performance (Insep) a signé un partenariat avec le constructeur Toyota et sa filiale de mobilité Kinto. Dans ce cadre, une expérimentation d’autopartage sera lancée dans les prochains mois sur le site de l’Insep. Les agents de l’établissement public disposeront de véhicules hybrides partagés, accessibles grâce à une application mobile.

En parallèle, une flotte de citadines et de minibus électriques et hybrides rechargeables sera déployée pour les personnels de l’Insep. Celle-ci comptera notamment une Toyota Mirai à pile à combustible hydrogène. Enfin, quatre bornes de recharge seront installées sur le site pour la flotte, ainsi que pour les visiteurs venant en véhicule électrifié, qu’il s’agisse de voitures, vélos ou trottinettes.

Mesurer les usages de mobilité

« La localisation de l’institut au cœur du bois de Vincennes représente une contrainte pour les sportifs et leurs équipes encadrantes, notamment lorsqu’il s’agit d’accéder aux aéroports et au gares », explique l’Insep. Ce partenariat, d’une durée d’un an et renouvelable sur quatre ans, permettra de « mesurer les besoins et la diversité des usages sur le site » – qui couvre 28 hectares et accueille 1 500 personnes par jour, mais aussi « d’en générer de nouveau », plus respectueux de l’environnement.

À plus long terme, les trois partenaires envisagent d’installer une station hydrogène publique sur le campus, sous réserve d’une étude préalable.