Pascal Kerbellec, Bystronic : « La revente de véhicules n’est pas notre métier »

Pour Bystronic, fabricant de systèmes pour l’usinage de tôles qui emploie trente salariés, le passage à la LLD pour ses 24 véhicules a permis de mieux maîtriser les coûts.

- Magazine N°227
609
Pascal Kerbellec, Bystronic France

Pascal Kerbellec est directeur administratif et financier chez Bystronic.

« Quand je suis arrivé dans la société en 2000, nous étions en achat et gardions les véhicules trois ans comme en LLD. Mais ensuite, avec 170 000 à 250 000 km au compteur, la revente était très difficile, d’autant que cela n’est pas notre métier. Prendre un package avec l’entretien, les pneus, l’assistance et la garantie pertes financières, c’est aussi plus facile à gérer car les coûts sont fixes », souligne Pascal Kerbellec.

Depuis, ce DAF a testé plusieurs loueurs, y compris des captives de constructeur, et a choisi dernièrement Parcours pour le prix mais aussi le...