Pascal Vocanson, l’Urbaine de Travaux : « Grâce à la géolocalisation, notre productivité a augmenté de 40 à 50 % »

Filiale du groupe Fayat, l’Urbaine de Travaux emploie 500 personnes et réalise 130 millions de chiffre d’affaires. L’une de ses activités consiste à localiser et nettoyer les graffitis pour le compte des communes. Et elle dispose pour cela de 35 véhicules utilitaires légers. Pascal Vocanson, chef de secteur, explique pourquoi et comment il a déployé une solution de géolocalisation et a choisi Masternaut.

- Magazine N°142
958
Pascal Vocanson - Chef de secteur - Urbaine de travaux

« Pour enlever les graffitis, nous avons deux activités et deux équipes. La première se déplace en roller avec des Pocket PC pour prendre en photo et localiser les graffitis. La deuxième équipe, avec des véhicules géolocalisés, est en charge du nettoyage de ces graffitis. Les trajets de cette deuxième équipe n’étaient pas optimisés. Nous avons mis en place un outil de géolocalisation tout d’abord pour obtenir l’historique des tournées. Nous nous sommes aperçus que nous perdions beaucoup de temps. Les rapports de tournées nous ont permis d’optimiser les déplacements sur les différentes zones géographiques où nous intervenons et ce, en fonction de la densité des graffitis localisés. Lorsque nous avons décidé de nous équiper, nous avions deux autres objectifs en tête. Le premier était de gérer les opérations d’urgence avec davantage d’efficacité. Lorsque des graffitis injurieux ou à caractère politique sont découverts, ils doivent être effacés en un minimum de temps. Avec un outil de géolocalisation, nous pouvons attribuer la mission à l’équipe la plus proche et ainsi réduire notre délai d’intervention. Avec l’historique des tournées, nous pouvons également prouver que nos agents sont passés à telle heure à tel endroit. Une preuve que nous pouvons opposer à nos clients en cas de contestation.

Des gains significatifs

Grâce à la géolocalisation, notre productivité a augmenté de 40 à 50 %. Là où nous nettoyions 11 000 m2 par mois auparavant, nous atteignons 20 000 m2 aujourd’hui. Nous avons pu réorganiser nos méthodes de travail. Nous n’intervenons plus dans les 10 jours pour effacer chacun des graffitis identifiés, mais nous travaillons par zone ; ce qui augmente notre productivité. De plus, les véhicules parcourent moins de kilomètres. Avant de nous équiper, nous avons rédigé un cahier des charges que nous avons confié à Daxium, notre partenaire informatique, qui s’est chargé de lancer l’appel d’offres. Une trentaine de sociétés ont répondu. Nous avons établi une short-list de trois sociétés. Notre acheteur a été impliqué dans les discussions et nous avons choisi Masternaut car sa solution nous est apparue comme la plus efficace, la plus rapide à mettre en œuvre et son rapport qualité/prix était le plus compétitif. Nous avons étudié la solidité financière de chaque prestataire. Nous voulions faire appel à une entreprise pérenne qui n’allait pas disparaître du jour au lendemain. La taille de l’entreprise, son ancienneté et le nombre de véhicules équipés nous ont guidé dans notre choix. L’ergonomie et la facilité d’utilisation ont aussi joué un rôle pour départager les offres. Masternaut répond à tous ces critères. De plus, lorsqu’il faut équiper ou dépanner un véhicule, ils réagissent vite. La qualité du SAV et la position de leader ont joué en faveur de ce prestataire.

Des projets à l’étude

L’investissement est de 20 000 € pour 30 véhicules. Et nous payons un abonnement tous les trimestres. En face, le bénéfice est énorme, le gain est estimé à 3 000 euros/mois pour chacun de nos 20 agents. Nous avons un autre projet à l’étude. Dans le département du 93, nous voulons géolocaliser les graffitis grâce aux Pocket PC et renvoyer ces positions à travers le boîtier du véhicule. En conclusion, j’estime que ce dispositif est très simple et économique. Pour nous, c’est un véritable changement dans notre manière de travailler. C’est une technologie très novatrice que nous pouvons mettre en avant face à nos clients. De plus, cette solution nous a permis de nous poser des questions pour faire évoluer les technologies que nous employons sur d’autres marchés. Pourquoi ne pas géolocaliser les camions en charge du salage pour obtenir la preuve que telle route a été salée à telle heure ? Grâce à cet outil, nous serions en mesure de prouver aux élus que le travail a bien été fait. Et nous pensons à d’autres applications dans nos différents métiers. »