Peugeot 208 : la petite lionne va passer à l’électrique

Plus ramassée en style mais plus longue sans être plus habitable, la Peugeot 208 promet surtout sa version électrique de 100 kW dès le début 2020.

1175
Peugeot 208

La nouvelle Peugeot 208 reprend les codes stylistiques de la 508 pour la face avant et ceux de la 3008 pour la face arrière, tout en conservant de larges surfaces vitrées. Une réussite certaine pour ce design évocateur, voire provocateur et assez masculin. À l’intérieur, on retrouve une planche de bord intégrant l’i-cockpit avec un grand écran tactile qui trône en son milieu. Contestable et compliqué à nos yeux, nous en aurons la confirmation ou pas lors de sa révélation prochaine au salon de Genève.

Plus longue mais moins logeable

Cette nouvelle citadine du lion est donc plus longue de 9 cm à 4,05 m, mais n’est pas plus habitable. Cette 208 conserve l’empattement de sa prédécesseure (2,54 m) et sa relative petite largeur (1,74 m), alors que sa hauteur perd 3 cm à 1,43 m. Raison pour laquelle son coffre n’affiche que 311 l VDA de capacité, soit une dizaine de litres en moins. La faute à la nouvelle plate-forme CMP inaugurée par le DS 3 Crossback et bientôt adoptée par l’Opel Corsa. Sans oublier la version e-CMP électrique (136 ch, batterie de 50 kWh, autonomie de 340 km en WLTP, commercialisation début 2020).

Plus légère et plus écolo

Du coup, c’est le gain de poids de la caisse qui a été recherché (- 30 kg) au détriment de l’habitabilité des occupants. Mais il faut en effet souligner le véritable régime minceur de cette nouvelle 208. Son poids s’élève à 1 023 kg au minimum avec le 3 cylindres 1.2 l PureTech essence de 75 ch. Il monte à 1 102 kg en 100 ch et à 1 126 kg avec l’unique offre en diesel, le 1.5 BlueHDi de 100 ch et boîte manuelle. En électrique, son poids à vide culmine à 1 455 kg.

Les prix seront communiqués lors du lancement commercial début mars au salon de Genève pour une commercialisation fin octobre 2019, pas avant. Pas de consommation WLTP ni de niveau d’émissions de CO2 pour l’heure également.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter