Peugeot 3008 1. 6 HDI 110 ch FAP : le crossover mi SUV mi break

Peugeot se lâche enfin. Avec ce 3008, mi-SUV (Sport Utility Vehicle), migrand break, la marque au lion sort enfin des sentiers battus. S’il reste sage, ce crossover tout à fait convaincant bouscule quand même les codes du design de la marque et ouvre la voie, d’ici septembre prochain, au lancement d’un monospace compact.

- Magazine N°148
674
Peugeot 3008

Marque de tradition s’il en est, Peugeot a pris son temps pour suivre les nouvelles tendances automobiles. Aussi, avec ce crossover à mi-chemin entre un monospace, un SUV et une berline, la marque française a voulu pousser plus loin « le métissage entre plusieurs univers automobiles ». Mais à trop vouloir ainsi rattraper le temps perdu, le concept et les lignes de ce nouveau véhicule auraient pu rendre incompréhensible la démarche du constructeur. Reconnaissons donc à Peugeot ce talent d’avoir su innover sur ce segment de marché et de proposer sous le label «crossover» un véhicule séduisant et pratique.

Sur les traces du Nissan Qashqai

Dans son format de 4,36 m de long, ce 3008 complète la gamme des berlines de la marque en offrant cependant une habitabilité proche de celle d’un monospace compact, associée à une certaine polyvalence d’usage. Cette voiture arrive cependant bien tard pour se glisser dans les traces du succès rencontré par des modèles tels que le Nissan Qashqai ou le Volkswagen Tiguan. Le 3008 entrera début mai dans les concessions alors que les ventes automobiles sont particulièrement déprimées et que l’élan des ventes du segment des SUV est quelque peu freiné.

Reste que les ventes de berlines compactes sont stables alors que la part de marché des SUV du même segment de marché est passée de 1 % à 6,2 % sur les dix dernières années et celle des monospaces compacts de 6,3 % à 24 % sur la même période.

Naturellement, dès le premier regard, si la pérennité du 3008 avec le reste de la gamme Peugeot ne fait aucun doute, on constate aussi que ce véhicule inaugure une nouvelle ligne pour la marque. Surprenant au premier abord, presque trop sage, le dessin du 3008 tranche assurément avec celui d’une 308 dont le style tirait vers le baroque. On se rassure cependant assez vite en constatant que ce nouveau modèle trouve facilement sa place dans le paysage automobile urbain sans susciter d’autre émotion.

Univers Premium

Véhicule de conquête pour Peugeot qui vise la clientèle jusqu’ici attirée par les berlines, les monospaces et les SUV, le 3008 bénéficie de nombreux atouts. A bord en effet, on est naturellement attiré par le poste de conduite entièrement tourné vers le conducteur et traité sur le mode d’un cockpit d’avion. Une impression que renforce le large toit vitré panoramique de 1,60 m2 (600 €).

Cette touche originale illustre bien le traitement «Premium» dont bénéficie cette voiture. Ainsi, au plan du confort comme de la finition haut de gamme, un sérieux travail a été réalisé par les équipes de fabrication de Sochaux pour faire de ce modèle une référence dans le groupe. Remarquable également l’effort réalisé en matière d’insonorisation ; il est vrai que c’est l’une des performances du petit moteur HDI 1. 6 110 ch que de savoir se faire discret à bord. De plus, le 3008 peut être équipé de vitres latérales feuilletées (350 €) favorisant l’acoustique.

Autre apport original proposé sur ce nouveau modèle, un plancher de coffre à 3 positions permettant de multiplier les surfaces de chargement. Ce coffre propose au total un volume allant de 512 à 1 604 litres derrière les sièges avant avec un plancher totalement plat. Par la suite, le siège avant passager sera escamotable permettant alors une longueur de chargement de 2,62 m.

En conduite, le 3008 affiche clairement sa filiation avec la gamme Peugeot. Tenue de route, maintien du cap, motricité sont ainsi au rendez-vous. Peugeot propose d’ailleurs sur ce modèle plusieurs innovations. Il en va ainsi du système Dynamic Rolling Control qui, sur le train arrière, réduit la tendance au roulis de ce type de véhicule, ainsi que du dispositif Grip Control (option à 200 €), un système d’antipatinage ou de motricité renforcé qui favorise la circulation en modes neige, boue ou sable.

Dans un autre registre, le crossover dispose d’un frein de stationnement électrique associé à une aide au démarrage en côte (durant deux secondes lorsque le frein est desserré, le véhicule ne bouge pas permettant ainsi d’effectuer tranquillement un démarrage en côte).

Enfin, le 3008 peut être proposé avec un système d’affichage tête haute des principales informations de conduite. Ce système est disponible en option dans un pack InfoDrive (550 €) qui comprend également le système Distant Alert (alarme de respect des distances), un détecteur de sous-gonflage des pneumatiques ainsi que des sélecteurs à impulsions type aviation sur le tableau de bord.

Le 1. 6 HDI 110 ch FAP à 130 g de CO2/km

Les 110 ch du 1. 6 HDI achèvent de faire apprécier ce véhicule. Très à l’aise malgré les 1 425 kg du 3008, le couple de 260 Nm de ce petit moteur s’accorde avec la plupart des situations routières. Surtout, il affiche une consommation mixte de 5,1 l/100 km et dégage 137 g/km de CO2. Ces valeurs «tombent» à 4,9 l/100 km et surtout à 130 g/km lorsque ce modèle est équipé de la boîte mécanique pilotée 6 vitesses. Pour obtenir ces résultats, le 3008 est également chaussé de pneus Michelin à faible résistance au roulement, lesquels permettent un gain de 0,2 l/100 km de gazole et une économie de -4 g/km de CO2.

A noter toutefois que Peugeot proposera, dès juin, le 3008 équipé de moteurs HDI 2. 0 l développant 150 et 163 ch pour un couple de 340 Nm. Ici, les niveaux de consommation devraient se situer respectivement à 5,5 et 6,7 l/100 km pour des valeurs de CO2 de 146 et 176 g/km. Sans conteste, ce 3008 devrait être un modèle de transition traduisant un changement d’image de marque de Peugeot mais aussi l’entrée dans une nouvelle époque. D’autant que ce SUV ne se contentera pas de prêter sa plate-forme pour donner naissance au premier monospace compact de la gamme, c’est aussi lui qui sera proposé à l’horizon 2011 en version hybride diesel. Une première chez Peugeot puisque ce futur modèle ne consommera que 4,1 l/ 100 km pour 109 g de CO2/km, soit 35 % de moins qu’une motorisation HDI avec FAP.

Notre Avis

Bien

Confort et soigné

Finition haut de gamme

Un coffre étagé

A revoir

Une ligne surprenante