• Mots clés connexes
  • SUV

Peugeot 3008 : un vrai SUV compact

Le nouveau SUV compact de Peugeot aurait pu changer de numéro, tant son changement de catégorie est flagrant par rapport à l’ancien 3008. Explication.

1533
Peugeot 3008 : un vrai SUV compact

Abandonnant le style du monospace compact mâtiné de SUV (garde au sol rehaussée et sabot avant chromé) de la première génération née il y a sept ans, cette nouvelle livrée du 3008 assume désormais les éléments clivants du design de la catégorie.

À commencer par son capot avant bien différencié de la baie de pare-brise, bien plat et recouvrant les ailes, sa face avant verticale et imposante, des flancs marqués et une ceinture de caisse plus haute. Sans oublier une face arrière qui renonce au hayon en deux parties, dont le volet bas rabattant ne facilitait pas le chargement ou le déchargement.

De plein profil, pas de doute, il s’agit bien d’un SUV compact dans toute son expression avec, comme chez Renault, de grandes roues de 19’’ (17 et 18’’ en accès à la gamme). Une réussite qui s’impose pour l’homogénéité du style dégageant robustesse et en même temps dynamisme.

Avec ce nouveau 3008, Peugeot peut désormais revendiquer sans complexe une place sur le podium des SUV compacts en Europe, à l’instar du Nissan Qashqai et son frère jumeau Renault Kadjar, du récent Volkswagen Tiguan et du Ford Kuga.

Repositionnement réussi

Peugeot a donc remis intégralement le 3008 sur l’établi pour se baser sur la plate-forme EMP2 – celle de la 308 –, avec un empattement allongé de 6 cm (2,68 m) et une longueur totale portée à 4,45 m, soit 8 cm de plus qu’auparavant. L’habitabilité en profite bien sûr, y compris aux places arrière, même si la console centrale typée « aviation » empiète sur l’espace aux jambes à l’avant.

Surtout, le coffre modulable affiche 520 l, soit 90 l de plus qu’à bord de l’ancien (432 l), et 1 580 l au maximum contre 1 241 l auparavant – un beau progrès. La hauteur de caisse à 1,62 m s’abaisse de 2 cm pour compenser une garde au sol qui augmente nettement à 21,9 cm (+ 7 cm), pour imprimer un style typé clairement SUV. Mission accomplie donc pour le repositionnement de catégorie du 3008.

À bord, le nouveau i-cockpit numérique ne nous a pas convaincu par son ergonomie et la visibilité du combiné est toujours limitée vers le bas pour les grands gabarits. Conscients de ce problème de masquage des informations par le volant sur les 208 et 308, les ingénieurs du Lion l’ont contourné en ajoutant à ce dernier, encore plus petit qu’auparavant, un second méplat en bas, au niveau des jambes.

En revanche, nous devons souligner la première très bonne impression sur la qualité des matériaux de la planche de bord et de la sellerie, des plastiques sur les contre-portes, ainsi que le soin dans l’accostage des éléments de décoration et la qualité de fabrication.

Un diesel à 100 g de CO2

Partant de la plate-forme EMP2, les ingénieurs n’ont pas eu trop de mal à réduire la masse de ce 3008 qui perd, en moyenne selon Peugeot, une bonne centaine de kilos à motorisation équivalente par rapport à l’ancien modèle, soit dorénavant 1 375 kg par rapport aux précédents 1 486 kg en diesel 1.6 Hdi.

Par conséquent, ce 1.6 BlueHDi en 120 ch et boîte manuelle 6 rapports ne pointera qu’à 100 g/km de CO2 (110 g précédemment). Ce 1.6 l sera aussi proposé en 100 ch et BVM5 en accès à la gamme, ainsi qu’avec la très bonne boîte automatique 6 rapports EAT6 (la boîte robotisée est abandonnée). Le 2.0 BlueHDI complète l’offre turbodiesel en 150 ch (BVM6 et 121 g) et 180 ch (BVA6).

Alors que les motorisations essence commencent à entrer dans la « short list » des gestionnaires de parc, mentionnons le très agréable et sobre 3-cylindres 1.2 l Puretech en 130 ch et BVM6 à 115 g, complété par le 4-cylindres 1.6 THP en 165 ch et BVA6 à tout juste 129 g.

Une motorisation hybride rechargeable, sur la base du 1.2 l essence de 130 ch et moteur électrique de 50 ch sur l’essieu arrière, est prévue pour 2019. La batterie prendra place sous la banquette arrière et, à condition d’avoir fait « le plein » d’électricité sur une wallbox ou une prise domestique, l’autonomie annoncée est de 50 km en mode 100 % électrique. PSA abandonne donc bien l’hybride diesel non rechargeable pour cette version plug in qui sera le seul modèle 3008 à « transmission intégrale ».

Les prix de la gamme 3008 seront dévoilés juste avant le Mondial de l’Automobile de Paris, pour une commercialisation à partir du 15 octobre.

PARTAGER SUR