Peugeot 308 : nouveau tour de piste

Peugeot touche à peine au design de sa 308 pour se concentrer sur les équipements de sécurité, avec un petit diesel qui anticipe les normes de pollution.

- Magazine N°233
3949
PEUGEOT 308

Il faut bien connaître le dessin de la 308 pour identifier sa dernière version. Le style étant l’une des raisons de son succès, les designers n’ont pas réinventé la roue : ils ont juste apporté de petites retouches dans les phares, la calandre, le bouclier et le capot. À l’arrière, on note les feux à LED allumés en permanence – assez rare pour le signaler.

Dans l’habitacle, les changements se font plus subtils encore. À retenir : l’apparition d’un écran capacitif de 9,7 ’’ enfin réactif, ce qui corrige un des gros défauts de la précédente version. Sous le vocable Mirror Screen, le système intègre la compatibilité Android Auto, Apple CarPlay et Mirrorlink. La navigation GPS 3D inclut les infos trafic de TomTom (gratuites 3 ans) et les alertes de radars (option à 199 euros TTC pour 3 ans). La cartographie, elle, sera mise à jour gratuitement tout au long de la vie de la voiture.

Et les équipements d’aides à la conduite sont enfin au goût du jour. À commencer par un système de régulateur de vitesse adaptatif digne de ce nom, capable de freiner jusqu’à l’arrêt en version boîte auto, avec assistance à la conduite dans les bouchons. Pour les versions à boîte mécanique, le système reste en fonction après un changement de vitesse et actif jusqu’à 30 km/h minimum. Enfin, la reconnaissance des panneaux peut s’utiliser pour régler automatiquement la vitesse dans les limites légales.

La 308 embarque aussi un système de freinage d’urgence automatique en ville avec détection des piétons (mais pas des vélos), l’aide au maintien de trajectoire sur sa file avec direction active, un système de surveillance de l’attention du conducteur et, plus rare, une surveillance des angles morts avec correction au volant en cas de nécessité.

Sous le capot, Peugeot a anticipé la norme Euro 6.2 de 2020 avec le 1.5 Blue HDI de 130 ch, conçu en numérique et objet de 200 brevets. Il va remplacer peu à peu le 1.6 HDI de 120 ch, soit un tiers des ventes aux flottes. Côté tarif, il faudra compter environ 130 euros de plus. Ce moteur recourt à un additif AdBlue, un point à prendre en compte dans le budget.

Euro 6.2 en ligne de mire

Ce 1.5 Blue HDI est en cours d’homologation et les chiffres fournis restent indicatifs : 3,5 l/100 km en consommation mixte et 93 g/km de CO2. D’excellents résultats d’autant qu’ils sont calculés selon les normes WLTC. Et comme ces normes sont plus exigeantes et réalistes, avec notamment des parcours effectués à plus haute vitesse, les chiffres sont plus élevés qu’en NEDC. Peugeot s’était bien entendu fixé des objectifs de plus grande efficacité qu’avec le moteur précédent, avec des gains de 4 à 6 %.

À l’usage, ce Blue HDI se montre facile et doux, mais manque de vigueur alors que ses performances sont promises en progression. Il bénéficie d’un couple généreux de 300 Nm mais les relances à bas régimes se montrent un peu timides et, surtout, nous attendions mieux pour les vibrations et le filtrage sonore. Rien de bien gênant mais le niveau d’exigence envers un grand spécialiste du diesel est élevé. Comptez à partir de 27 700 euros TTC pour ce 1.5 Blue HDI 130 ch en Active Business.

Autre grief, la commande de la boîte manuelle. Les habitués ne seront pas dépaysés mais face à nombre de concurrentes, le guidage mou et la course longue du levier donnent des sensations d’un autre âge, même si cela n’handicape en rien la conduite au quotidien. Heureusement, ce moteur pourra recevoir l’année prochaine la remarquable nouvelle boîte automatique EAT 8 Aisin que nous avons pu essayer en combinaison avec le HDI 180. Très rapide et réactive, elle s’accorde très bien de ce moteur qui constitue une offre diesel haut de gamme performante et très agréable.

Pour le reste, l’original i-Cockpit avec son petit volant et son instrumentation en partie haute de la planche de bord, offre une position de conduite agréable pour certains, difficile à trouver idéale pour d’autres. Mais ce qui fait l’unanimité, c’est le compromis de très haut niveau entre confort remarquable et comportement très sûr. Notons que fin 2017 verra l’arrivée d’une prochaine génération de moteurs essence PureTech (- 4 % en consommation) équipés de FAP et d’une nouvelle boîte de vitesses manuelle.

Notre avis

PLUS
Nouveau moteur efficace • Confort d’excellence • Qualité de présentation


MOINS
Info-divertissement peu ergonomique • Commande de boîte • Couple à bas régime

Peugeot 308 1.5 Blue HDI 130 ch Active Business
Moteur 4-cylindres diesel Euro 6.2
Puissance/couple (ch/Nm) 130/300
Conso. mixte (l/100 km) 3,5*
Émissions de CO2 (g/km) 93*
Vitesse maxi (km/h) 204
0 à 100 km/h (s) 9,8
Poids à vide (kg) 1 180
Charge utile (kg) 630
Coffre (l) 420
L x l x H (mm) 4 253 x 1 804 x 1 457
À partir de (€ TTC) 27 700
* Données indicatives, sous réserve d’homologation
VALEURS FUTURES
Peugeot 308 1.5 BlueHDi 130 ch S&S BVM6 Active Business
Énergie Diesel
Boîte de vitesses Manuelle
Carrosserie Berline
Cylindrée (cm3) 1 499
CO2 g/km 93
Ch din 130
Prix neuf TTC (€) 27 700
Mois 42
Km total 100 000
Valeur reprise TTC (€) 11 436
Valeur reprise 41,3 %
Valeur vente TTC (€) 13 407
Valeur vente 48,4 %
Source : Forecast Autovista, octobre 2017.

 

PARTAGER SUR