Peugeot 308 SW 1.6 BlueHDI 120 ch Business : du style et du volume

Élégante, la variante break SW de la 308 offre le plus gros volume de chargement de la catégorie mais aussi des performances énergétiques exemplaires en BlueHDI.

- Magazine N°198
1591

Pour son break compact, Peugeot a fait le pari de l’élégance et du volume de chargement. Un double objectif atteint : malgré sa longueur accrue de 33 cm et la greffe d’un gros volume à l’arrière, la 308 SW arbore des lignes réussies. Quant à son coffre, il affiche une contenance record de 610 dm3 VDA (jusqu’à 1 660 dm3 VDA), soit la référence du segment. Si les capacités progressent par rapport à la précédente génération, la recette se veut pourtant bien différente. Plus classique. Exit les sept places avec deux rangées de sièges individuels à l’arrière et la lunette ouvrante. La nouvelle 308 SW se contente d’une banquette arrière rabattable en deux parties, non coulissante. Si l’espace aux places arrière gagne 3 cm au niveau des genoux par rapport à la berline, l’habitabilité reste moyenne. C’est surtout l’immensité du coffre et sa belle présentation qui impressionnent. On apprécie aussi le seuil de chargement bas, la large ouverture du hayon facilitant l’accessibilité ou encore la surface de plancher totalement plane quand on rabat la banquette.

3,2 l/100 km et 85 g/km de CO2

La finition se montre aussi très soignée avec des rails de fixation en aluminium et des crochets en métal, bien pratiques pour arrimer bagages ou marchandises. Bien vu également, un compartiment sous le plancher permet de ranger la plage arrière souple. Il ne manque plus qu’un hayon à ouverture électrique pour donner l’impression d’un break haut de gamme.

Côté conduite, on retrouve la nouvelle ergonomie Peugeot avec petit volant et combiné d’instrumentation rehaussé, très appréciable sur la durée. Seul bémol, l’emplacement de la commande de régulateur de vitesse derrière le volant, peu pratique.

Le comportement routier de cette version SW offre un excellent compromis entre confort et dynamisme. Quant aux motorisations, Peugeot réalise un exploit avec son 1.6 BlueHDI ultra sobre : à partir de 3,2 l/100 km et 85 g/km de CO2. Un appétit d’oiseau qui n’enlève rien aux performances : en version 120 ch avec boîte manuelle à 6 rapports, les accélérations se font franches et presque brutales. Compter à partir de 24 800 euros pour cette version en BlueHDi Business. À découvrir aussi en version 100 ch (BVM5) à partir de 92 g.

Notre avis

BIEN

• Capacités de chargement
• Bilan énergétique
• Comportement routier

À REVOIR

• Commande de régulateur de vitesse mal placée
• Écran tactile parfois capricieux
• Prix élevé

PARTAGER SUR