Peugeot 508 : navire amiral

Porte-étendard du premium à la française, la 508 de Peugeot fourbit ses armes face à la concurrence d’outre-Rhin selon un mode qui lui réussit plutôt bien.

- Magazine N°204
804
Peugeot 508 : navire amiral

En France, elle est la plus courtisée des familiales. Une suprématie à laquelle contribue pour moitié sa version SW. La 508 ne peut toutefois se reposer sur ses lauriers ; la concurrence n’est pas figée et son statut de leader ne la préserve pas de la désaffection des familiales au profit des SUV.

Pour résister, rien de tel qu’un restylage pour affirmer sa personnalité. Le capot se fait alors plus nerveux et la calandre hausse le ton, tout en intégrant le fameux lion. L’offensive est aussi menée par l’évolution du regard, avec de nouvelles optiques et des boucliers redessinés, à l’avant comme à l’arrière. Ces retouches modifient le profil mais aussi la longueur : près de 4 cm en plus pour la berline et le break (4,83 m contre 4,79 m auparavant).

Le changement se veut plus technologique à l’intérieur, avec un écran tactile aux fonctions élargies et, sur certaines finitions ou en option, l’adoption d’une caméra de recul, d’un affichage tête haute ou d’une surveillance des angles morts. L’accès à internet sur abonnement (Peugeot Connect Apps) fait partie de l’éventail des possibles.

Sobriété en Euro 6

Entamée en début d’année, la conversion aux motorisations BlueHDi se poursuit. Leur arrivée modère significativement la consommation, tout en éradiquant les oxydes d’azote (NOx) dont la quasi-disparition permet de satisfaire aux normes Euro 6. En revanche, les 150 ch du 2.0 BlueHDi, déjà entraperçus au service de la 308, perdent de leur fougue associés à cette imposante 508. À partir de 32 550 euros TTC, cette offre constituera pourtant la majorité des ventes à destination des sociétés, et ce, en raison des 105 g de CO2 annoncés. Au catalogue depuis janvier, la variante à 180 ch de ce bloc offre un surcroît d’agrément pour des émissions légèrement supérieures (111 g), tout en s’accompagnant obligatoirement d’une attractive boîte automatique à 6 rapports du japonais Aisin. L’écart de prix s’élève à 2 300 euros (finition Allure ou Féline requise), sans Pack Business dans cette configuration.

Dans tous les cas de figures, on savoure la maîtrise du comportement et le confort de la 508, Peugeot détenant un véritable savoir-faire dans ce domaine. L’excellente habitabilité, en berline comme en break, représente aussi un solide argument.

Notre avis

Bien

• Comportement et confort
• Consommation

À revoir

• Performances du BlueHDi 150
• Absence de rangements

PARTAGER SUR