Pierre & Vacances traque le CO2

Le groupe de tourisme est à la tête de 350 véhicules. Après avoir signé un accord de partenariat avec WWF pour mener une politique globale en faveur de l’environnement, Pierre & Vacances vient de mettre en place une nouvelle car policy pour limiter ses rejets polluants et limiter sa consommation.

- Magazine N°139
869

Pierre & Vacances a décidé de passer de la parole aux actes. Le groupe de tourisme déploie toute une panoplie de mesures pour lutter contre le changement climatique, pour préserver les ressources naturelles et inciter ses collaborateurs à aller dans ce sens. Objectif : réduire de 10 % les consommations d’énergie du groupe d’ici à 2011. Et la flotte de véhicules n’est pas oubliée. Aujourd’hui Pierre & Vacances est la tête de 350 véhicules dont 30 % de véhicules utilitaires qui sont financés par GE Fleet Services, Arval et LCA sur quatre ans. Marques retenues : Audi, Volkswagen, Renault, Citroën, Peugeot et Opel pour les VU. La car policy a défini cinq niveaux. La moyenne des émissions de dioxyde de carbone de la flotte s’établit à 147 grammes par kilomètre. Dans le cadre du partenariat initié avec WWF, Pierre & Vacances a mis sur pied un plan d’action visant à réduire l’empreinte environnementale de sa flotte. La nouvelle politique vient d’être mise en place en avril dernier. Elle sera effective au fil des renouvellements puisque Pierre & Vacances n’a pas décidé d’accélérer le rajeunissement de son parc. Objectif de cette nouvelle poltique flotte : atteindre une moyenne de 135 g CO2/km à l’horizon 2011. Concrètement, Pierre & Vacances a décidé de réduire le nombre de marques présentes pour se concentrer sur celles qui affichent les meilleures performances en termes de consommation et d’émissions. Autre avantage : concentrer les achats sur quelques marques permet de peser davantage dans la négociation sur les prix. Au bout du compte, Pierre & Vacances a retenu Volkswagen et BMW même si Peugeot et Renault figurent encore sur le catalogue dans les catégories supérieures de la car policy. « Ce ne sont pas les labels comme Blue Motion ou Efficient Dynamics qui nous ont guidé, mais les réelles avancées technologiques des véhicules en matière de consommation et d’émissions », précise Jocelyne Rivet, Directeur des services généraux du groupe.

L’exemple au sommet

Les véhicules sélectionnés affichent des puissances à la baisse, exigence contrebalancée par des équipements plus importants (GPS, kit bluetooth…). A noter : la Toyota Prius est référencée par Pierre & Vacances mais, selon l’avis même des responsables de la flotte, cette présence reste symbolique. Quant au Flexifuel, le groupe spécialisé dans le tourisme n’y croit pas ou pas encore. Face au GPL et au GNV, le spécialiste du tourisme fait valoir que ses sites sont éparpillés, parfois implantés en montagne, et qu’il est difficile de s’approvisionner dans ces conditions.

Véronique Plainguier, responsable des déplacements professionnels, flottes et contrats groupe, précise que « l’intérêt de notre nouvelle car policy n’est pas seulement environnemental car, grâce à cette stratégie, nous payons moins de TVS et bénéficions de davantage de bonus. Il s’agit bien d’une équation économique. » Dans les faits, avec la nouvelle car policy, plus de la moitié des véhicules vont bénéficier du bonus et seuls deux vont payer un malus.

Si la piste de l’éco-conduite n’a pas encore été retenue pour limiter les consommations et les émissions, Thierry Hellin, Directeur général adjoint, précise que le groupe est en phase de réflexion sur ce point : « Cette solution peut être une bonne piste et ce, d’autant plus que nos collaborateurs ont un niveau de sensibilisation élevé au développement durable. Nous communiquons massivement sur ce sujet en interne. »

Autre piste envisagée pour réduire l’empreinte écologique de la flotte, Pierre & Vacances veut revoir sa stratégie en matière de voyage en privilégiant au maximum le train au détriment de la voiture, mais aussi en développant la visioconférence. Bref, Pierre & Vacances étudie toutes les pistes pour réduire l’empreinte écologique de sa flotte. Et l’exemple vient de haut puisque le fondateur du groupe, Gérard Brémond, actuel PDG qui a conservé 51 % du capital, roule en Mercedes Classe A. Un patron responsable pour une entreprise plus citoyenne.

PARTAGER SUR