Pierre-Yves Kapfer, Fayat : « Des économies de 5 et 10 % grâce au benchmark »

Acteur du BTP avec quelque 20 000 collaborateurs pour 3,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, le groupe Fayat laisse une large latitude à ses filiales pour gérer les 4 000 véhicules.

- Magazine N°219
1277

Pierre-Yves Kapfer est acheteur contrats-cadres groupe chez Fayat.

Chez Fayat, le mode de gestion fonctionne en achat pour près de 60 % du parc et en LLD pour le reste. Une hétérogénéité liée aux pratiques historiques des entités rachetées par le groupe qui a bâti sa croissance grâce à une politique soutenue de croissance externe.

Le groupe Fayat a réussi à améliorer le TCO des flottes en LLD à la fois en faisant baisser les loyers et en améliorant les conditions commerciales des constructeurs. « Pour les VU, nous avons ainsi mis en place ces dernières années des systèmes d’exclusivité par segment afin de négocier des conditions commerciales avantageuses en centralisant les volumes au niveau du groupe », décrit Pierre-Yves Kapfer.

« Nous utilisons les données des constructeurs afin de comparer, à périmètre constant, les différents modèles en fonction de leurs équipements et de leur consommation théorique. Ce qui nous permet ensuite de mener des actions de sensibilisation des gestionnaires pour qu’ils s’engagent sur des typologies de véhicules qui consomment le moins », explique cet acheteur. Grâce à ce benchmark, les économies dégagées sur chaque segment sont significatives et oscillent entre 5 et 10 %.

Pour les VP en revanche, l’homogénéisation de la car policy se fait plus complexe puisque d’autres facteurs entrent en ligne de compte comme les avantages en nature. « Le collaborateur a souvent le choix dans un catalogue restreint de modèles mais la politique varie en fonction des filiales : certaines ont des segments imposés, d’autres laissent plus de choix, relate l’acheteur. Ce qui nous donne moins de marge de négociation avec les constructeurs dans la mesure où nous ne connaissons pas a priori le nombre de modèles commandés. La fourchette peut aller du simple au triple et le poids de la négociation n’est bien sûr pas le même quand on commande une cinquantaine de Peugeot 308 ou quand on en commande 130 », détaille Pierre-Yves Kapfer.

La flotte de Fayat en chiffres

• 4 000 véhicules environ dont un peu plus de la moitié d’utilitaires