Pile à combustible : PSA fait tout pour être au top le jour «J»

PSA Peugeot Citroën et Intelligent Energy ont présenté une nouvelle génération de pile à combustible intégrée à un véhicule de livraison urbain « zéro émission », baptisé H2Origin.

- Magazine N°140
482

Cela fait trois ans que les deux partenaires travaillent au projet de recherche commun H2Origin, consistant à intégrer au sein d’un véhicule de livraison urbain zéro émission une pile à combustible de haute technologie, associée à une chaîne de traction électrique.

Ce travail vient d’aboutir à la présentation, fin avril dernier à Birmingham (Grande-Bretagne), du prototype Peugeot Partner H2Origin, alimentée par une pile à combustible PEMFC (Proton Exchange Membrane Fuel Cell) de 10 kWe augmentant l’autonomie de ce véhicule à chaîne de traction électrique de 100 à 300 km. Une véritable performance ! Mais c’est loin d’être la seule. Cette nouvelle pile à combustible se distingue en effet aussi par sa compacité. Cette pile se loge sans difficulté sous le capot du véhicule, à la place du moteur thermique.

Autre avantage, elle permet au véhicule de démarrer à –20°, c’est bien mieux que les performances obtenues jusque-là avec ce type de batterie. « Le système innovant de stockage à 700 bars de l’hydrogène gazeux procure également des atouts en matière de mobilité et de praticité opérationnelle », indique par ailleurs PSA. La quantité d’hydrogène embarquée augmente en effet de 70 % pour un volume et une masse de réservoirs inchangés. Qui plus est, les bouteilles d’hydrogène sont désormais embarquées sur un tiroir coulissant, qui prend place sous le plan de charge, à l’arrière du véhicule. « Ce système de rack rapidement interchangeable offre une alternative pratique au remplissage dans une station service traditionnelle, apportant ainsi une réponse concrète à un obstacle majeur pour le développement de ce type de véhicule », se félicite PSA.

Avec cette 6ème pile combustible dévoilée depuis 2000, le constructeur démontre ainsi qu’il travaille activement à la mise sur pied d’une offre au meilleur niveau pour être « prêt le jour J », c’est-à-dire quand le marché sera mûr pour produire de série ce type de véhicules. Soit à l’horizon 2020, selon les estimations des experts. De nombreux obstacles doivent en effet encore être levés pour que la pile à combustible prenne son envol. A commencer par son coût encore incompatible avec le modèle économique automobile, mais aussi le manque de stations d’approvisionnement en hydrogène.