Plan de soutien à l’automobile : Arnaud Montebourg dresse le premier bilan

Presque huit mois après le lancement de plan de soutien à la filière automobile, l’heure est au bilan.

325

Un bilan récemment réalisé par Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif, lors d’une conférence de presse.

Avec en premier lieu, les chiffres des immatriculations des véhicules propres en France. « Les bonus qui nous avons instaurés portent aujourd’hui leurs fruits. 23,6 % des véhicules vendus en 2012 émettaient moins de 105 g/km de CO2, contre seulement 11,6 % en 2011 », a souligné le ministre du redressement productif. Une tendance qui se poursuit en ce début d’année, avec des immatriculations de véhicules électriques en augmentation de 25 %, et de 243 % pour les hybrides. » Avec comme premiers acheteurs les services de l’État. Ces derniers ont ainsi passé commande de 257 véhicules électriques et 449 modèles hybrides.

Un accroissement des ventes accompagné du développement des bornes de recharge ouvertes au public, dont le nombre est passé de 1 800 en juillet 2012 à 5 766 au 1er mars 2013. Objectif du gouvernement : compter, avant la fin de l’année, entre 8 000 et 10 000 infrastructures, grâce notamment à l’AMI de 50 millions d’euros, géré par l’Ademe.

Un plan de soutien à la filière automobile qui s’est également concrétisé à travers d’aides accordées aux PME sous-traitantes des constructeurs. « En matière de financement, 50 millions d’euros ont été engagés dans 63 PME, tandis que 206 sociétés ont bénéficié d’un crédit à court terme pour un montant de 132,6 millions d’euros. En termes de garanties, 17,9 millions d’euros ont été engagés dans 83 PME », a détaillé le ministre. Par ailleurs, un nouveau fonds automobile de 30 millions d’euros vient d’être créé : les entreprises pourront ainsi bénéficier de prêts ou de subventions, pour le soutien de projets d’investissement ou d’implantation sur les sites touchés par la crise automobile.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter

Enfin, pour soutenir l’innovation, le crédit d’impôt recherche a été sanctuarisé pour les cinq ans du quinquennat et adapté aux PME qui peuvent désormais en bénéficier pour de nouveaux types de dépenses, notamment les prototypages. 

Alors que la controverse sur un potentiel changement de fiscalité du diesel bat son plein, ce point presse a été l’occasion pour Arnaud Montebourg de préciser qu’aucun changement n’interviendrait en 2013 à ce sujet.