Plan de soutien à l’automobile : relancer et verdir

Emmanuel Macron a présenté aujourd’hui mardi 26 mai le plan de soutien à l’automobile, secteur durement frappé par la crise liée au covid-19. Avec au programme pour les entreprises, un bonus rehaussé pour les véhicules électriques mais aussi les hybrides rechargeables.

2423
Plan de soutien à l’automobile

Après s’être entretenu avec les acteurs de l’automobile ce matin, mardi 26 mai, à l’Élysée, le président Macron a détaillé son plan de soutien à l’automobile lors d’un déplacement dans une usine du groupe Valeo à Étaples dans les Hauts-de-France. Frappé de plein fouet par la crise liée au covid-19, le marché des véhicules neufs a en effet plongé de 80 % entre avril et mai, tout comme l’activité industrielle (voir la brève). Tous les acteurs de la filière automobile, constructeurs et sous-traitants, attendaient donc la main tendue de l’État.

Électrification et innovation

Ce « plan historique » pour l’automobile vise à garantir « la souveraineté industrielle de la France et à accélérer la transition vers les véhicules propres », a rappelé le chef de l’État. Il comporte trois axes : le soutien à la demande, l’innovation pour la voiture de demain et le maintien de la production à valeur ajoutée et de l’emploi sur le territoire. Avec à la clé 8 milliards d’euros d’investissement, qui devront s’accompagner de contreparties en matière de relocalisation de la production et de nouvelles technologies pour la voiture électrique, connectée et autonome.

Encourager le véhicule électrifié

Pour encourager la transition énergétique, l’État a ainsi décidé de relever le bonus écologique pour l’achat d’un véhicule électrique à 7 000 euros pour les particuliers et à 5 000 euros pour les entreprises. Pour mémoire, ce bonus avait été abaissé de 6 000 à 3 000 euros en début d’année pour les personnes morales (voir l’article sur la fiscalité). Autre bonne surprise pour les entreprises comme les particuliers, les hybrides rechargeables, qui n’avaient plus le droit à aucune aide, vont bénéficier d’un bonus de 2 000 euros. Ces modèles n’étaient plus éligibles au bonus écologique depuis le 1er janvier 2018. En parallèle, le président Macron souhaite accélérer le déploiement de bornes de recharge électrique en France. L’objectif est fixé à 100 000 bornes dès 2021, soit près de quatre fois plus qu’aujourd’hui (30 000 environ).

Écouler les stocks

En attendant, il s’agit surtout d’aider les constructeurs à écouler leurs stocks : plus de 400 000 véhicules restent actuellement invendus du fait de la crise et sont en attente d’acquéreurs sur des parkings, dont 96 % de modèles essence et diesel. Le dispositif de prime à la conversion va donc être renforcé à hauteur de 3 000 euros à partir du 1er juin (jusqu’à 5 000 euros pour un modèle 100 % électrique). Ce dispositif sera valable pour les 200 000 premiers véhicules stockés, afin de faire repartir la demande immédiatement. Destinée avant tout aux particuliers, cette mesure pourrait toutefois intéresser les professionnels, professions libérales et petites flottes de véhicules anciens détenus en propre. À noter que pour les personnes morales, le plus haut niveau du barème de la prime à la conversion atteignait jusqu’ici 2 500 euros pour un véhicule électrique ou Crit’Air 1.

PARTAGER SUR