Comment construire son plan de déploiement d’IRVE ?

Dans une conférence de presse organisée le 25 mars 2021, le Groupement pour l’itinérance de la recharge électrique des véhicules électriques (Gireve) a livré ses conseils aux aménageurs privés et publics pour élaborer leur plan de déploiement d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques (IRVE).
1834
Gireve plan déploiement IRVE
© Gireve

Selon l’article 68 de la loi d’orientation des mobilités (LOM), les aménageurs publics – syndicats, municipalités, établissements publics de coopération intercommunale, départements, mairies, etc. – ou privés peuvent établir « un schéma directeur de développement des d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques (IRVE) et véhicules hybrides rechargeables ouvertes au public. »

Un prochain décret précisant les modalités d’élaboration d’un schéma directeur est prévu pour 2021. Dès 2022, celui-ci sera obligatoire pour les collectivités publiques, condition sine qua non pour bénéficier d’aides financières pour 75 % des coûts de raccordement au réseau électrique.

Quels sont les objectifs d’un plan de déploiement ?

Le plan de déploiement vise à assurer une offre de recharge suffisante et homogène pour le trafic local et de transit sur un territoire. Les aménageurs réalisent ainsi un schéma directeur de déploiement de leur réseau. Cette étude évalue les besoins en IRVE (nombre de points à installer, localisation, puissance, type de prise, etc.) en concertation avec les autres acteurs du territoire. Le schéma directeur s’effectue avant de passer un appel d’offres de fourniture, d’installation ou d’exploitation de bornes de recharge.

Les conseils du Gireve

Selon la plateforme européenne d’intermédiation des services de recharge du Gireve, 2 millions de conducteurs se rechargent sur 115 000 points de recharge dans 28 pays en Europe. En France, 300 réseaux de recharge sont ouverts au public (voir dernier baromètre).

1-Faire un état des lieux des IRVE

Pour atteindre les objectifs d’un plan de déploiement, les aménageurs doivent d’abord recenser les IRVE existantes et leur état.

La plateforme Gireve renseigne justement le type d’infrastructures déjà installées, la puissance délivrée et leur taux d’utilisation. Elle s’appuie sur une base de données : modèles des bornes, dates de mise en service, tarifications, typologie des clients. Elle évalue aussi le statut des bornes en temps réel via leurs données d’usage (taux d’occupation et état de fonctionnement par exemple).

2-Identifier les besoins en équipements

Le plan de déploiement d’IRVE doit aussi s’adapter aux spécificités du territoire : quartier résidentiel, voirie, centres urbains, zones touristiques, etc.

« En zone touristique, les usages dépendent de la saisonnalité. On suppose qu’ils seront importants l’été pour les stations balnéaires et l’hiver pour les stations de ski. Il faut donc veiller à mettre en place une stratégie territoriale cohérente », explicite Magdalena Thurin, manager conseil électromobilité pour le Gireve.

Les aménageurs doivent aussi coordonner leur plan de déploiement d’IRVE en recharge rapide sur les grands axes routiers avec les autres projets d’aménageurs publics et privés. Le Gireve conseille également de prendre en compte l’évolution du parc de VE. « Nous pouvons estimer les ventes prévisionnelles de VE sur trois ans, voire sur huit ans par rapport au parc total de véhicules », précise Magdalena Thurin.

De plus, les particularités socio-démographiques du territoire (pourcentage de la population motorisée, pourcentage de motorisation VE, etc.) sont à prendre en compte. « Les données socio-économiques renseignent sur la proportion de ménages possédant des IRVE domestiques et sur ceux qui se rechargent exclusivement sur le réseau public », illustre Magdalena Thurin.

3-Livrer un schéma directeur

Enfin, le Gireve fournit les conclusions de son analyse. Il recommande la localisation des infrastructures en fonction du réseau déjà existant (places de stationnement, proximité de postes électriques Enedis pour éviter les surcoûts, etc.) selon une cartographie (types de points de charge, de puissance, etc.). L’organisme chiffre les coûts de fourniture, d’installation et de raccordement des IRVE. Il peut aussi faire l’état des lieux des autres mobilités existantes pour intégrer l’offre d’IRVE.

Certaines tâches s’ajouteront pour les aménageurs publics uniquement. Ils doivent en effet prendre en compte l’avis de l’État et publier un rapport public. Certains aménageurs sont déjà passés à l’étape d’après. L’établissement public d’aménagement de Paris-Saclay (91) a effectivement déjà installé 60 bornes doubles sur son territoire (lire notre reportage).

Comment financer le plan de déploiement ?

Enfin, la Banque des Territoires propose un financement sous forme de prêt pour le développement de bornes de recharge en voirie. Sont éligibles : les collectivités territoriales, certains syndicats d’énergie, les industriels et les entreprises développeuses d’IRVE publiques.