Plan hydrogène : l’État veut encourager le déploiement de flottes professionnelles

Le ministère de la transition écologique et solidaire a publié son plan de déploiement de l’hydrogène en France, et veut notamment encourager son intégration dans les flottes professionnelles.

2721
Plan hydrogene

Ce plan de déploiement contient 18 mesures dont la mise en œuvre sera gérée par l’Ademe et financée à hauteur de 100 millions d’euros dès 2019. Parmi celles-ci, plusieurs concernent plus particulièrement le secteur des transports et visent à donner plus de visibilité aux différents acteurs.

« L’hydrogène apportera sans aucun doute une part importante des réponses pour décarboner et dépolluer nos solutions de mobilité, a commenté la ministre des transports Élisabeth Borne. Avec Nicolas Hulot, nous avons choisi de travailler sur deux échéances : soutenir dès aujourd’hui les solutions déjà pertinentes en levant les verrous réglementaires et en accompagnant les dynamiques territoriales, et préparer l’avenir en poursuivant les efforts de développement technologique. »

Un objectif de 5 000 VUL et 200 PL hydrogène en circulation d’ici 2023

Tout d’abord, le ministère prévoit de déployer des « écosystèmes territoriaux de mobilité hydrogène », en commençant par les flottes de véhicules professionnels. L’objectif : avoir 5 000 VUL et 200 PL en circulation sur le territoire d’ici 2023, ainsi que 100 stations alimentées en hydrogène local. Et l’État ambitionne déjà d’atteindre le déploiement de 20 000 à 50 000 VUL, 800 à 2 000 PL et 400 à 1 000 stations à l’horizon 2028.

Pour y parvenir, le gouvernement va accompagner le développement d’une gamme de véhicules lourds routiers, via des appels à manifestation d’intérêt, ainsi que le déploiement de flottes territoriales qui soutiendront la phase d’amorçage de la production industrielle d’hydrogène local.

« L’Ademe aura une mission de pilote pour l’État, consistant à orienter les porteurs de projets notamment pour les questions réglementaires ou de financement, à structurer et à piloter les déploiements d’écosystèmes hydrogène et à assurer un rôle de mise en cohérence des sujets relatifs à l’hydrogène », précise le plan de déploiement.

Un cadre réglementaire et des méthodes de production à revoir

En parallèle, le gouvernement doit clarifier la réglementation relative à la sécurité et à la prévention des risques liés à l’hydrogène. Un cadre réglementaire spécifique aux stations-service distribuant de l’hydrogène doit ainsi être mis en place d’ici mi-2018. Enfin, un centre international de qualification sera créé pour la certification de composants hydrogène haute pression, notamment pour la mobilité routière.

À noter que pour contribuer à la transition énergétique, ces évolutions ne devront se faire qu’à condition d’accroître la production d’hydrogène d’origine renouvelable. En effet, l’hydrogène est encore majoritairement produit par « vaporeformage », c’est-à-dire en cassant des molécules de méthane avec de la vapeur d’eau : un procédé qui émet environ 3 t de CO2 par tonne d’hydrogène. C’est pourquoi le plan de déploiement du ministère prévoit également d’intégrer 10 % d’hydrogène décarboné dans l’industrie d’ici 2023, et entre 20 et 40 % d’ici 2028 ; et de lancer rapidement des expérimentations de stockage des énergies renouvelables via l’hydrogène sur des territoires isolés.

PARTAGER SUR