Plan vélo : le budget porté à 60 millions d’euros

Le ministère de la transition écologique et solidaire a triplé le montant du fonds créé pour encourager les Français à circuler à vélo dans le cadre du dispositif « coup de pouce vélo ». Celui-ci doit notamment permettre de remettre en état 1 million de vélos d’ici fin 2020.

756
Plan vélo

Pour encourager le recours au vélo suite au déconfinement, le gouvernement a décidé de renforcer le plan vélo lancé en septembre 2018 en mettant en place le dispositif « coup de pouce vélo ». Dans un premier temps, un budget de 20 millions d’euros a été débloqué via le programme de certificats d’économie d’énergie (CEE) Alvéole, afin de financer des réparations, des places de stationnement temporaires et des formations pour apprendre à circuler en sécurité. Ce budget vient d’être porté à 60 millions d’euros.

Pour rappel, depuis le 11 mai, les Français peuvent ainsi bénéficier d’une prise en charge jusqu’à 50 euros HT de la remise en état de leur vélo, à condition que celle-ci soit effectuée au sein d’un réseau de réparateurs agréés. Au 29 mai, 3 200 ateliers de réparation s’étaient inscrits et près de 70 000 vélos avaient été réparés. « L’objectif des 300 000 opérations sera très probablement dépassé avant septembre 2020 », se félicite le ministère de la transition écologique et solidaire qui vise 1 million de réparations d’ici la fin de l’année.

Le fonds doit également servir à financer jusqu’à 60 % le coût d’installation de places de stationnement temporaires par les collectivités locales, avec pour objectif de déployer 15 000 places dont 144 sont déjà à l’étude. Des formations gratuites dispensées par des moniteurs agrées seront aussi proposées aux Français, ainsi qu’une nouvelle fête nationale baptisée « Mai à vélo » dès 2021. Côté entreprises, le gouvernement met en avant le « forfait mobilités durables » qui remplace notamment l’indemnité kilométrique vélo (voir notre article).

En parallèle, le gouvernement doit soutenir à hauteur de 8 millions d’euros la nouvelle Académie des métiers du vélo, portée par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB), qui doit former 250 mécaniciens vélo dans les prochains mois, puis 500 par an. Enfin, les préfets auront la possibilité d’utiliser la dotation gouvernementale de soutien à l’investissement local (DSIL) pour « cofinancer des pistes cyclables temporaires au cas par cas avec les collectivités territoriales qui ne disposeraient pas de ressources suffisantes. »

PARTAGER SUR