Le PLF 2019 adopté en lecture définitive

Après de nombreux désaccords entre les deux chambres du parlement, l’Assemblée nationale a finalement adopté hier en lecture définitive le projet de loi de finances 2019 à 182 voix pour, 52 contre et 3 absentions. Bilan des mesures qui vont toucher les flottes.

3562
PLF 2019

Tout d’abord, le barème 2019 du malus, tel que voté en première lecture par l’Assemblée nationale, a été confirmé par l’article 91 du PLF 2019 (voir le texte adopté en lecture définitive). Le malus commencera ainsi à partir de 117 g/km de CO2 au lieu de 120 g/km, à hauteur de 35 euros. Il grimpera ensuite progressivement pour atteindre un seuil maximal de 10 500 euros à partir de 191 g/km, comme en 2017, et non plus 185 g/km comment en 2018.

Barème du malus

CO2 (g/km) Barème 2017 (en euros) Barème 2018 (en euros) Projet de barème 2019 (en euros) Barème 2019 (en euros)
taux ≤ 116 0 0 0 0
117 0 0 50 35
118 0 0 55 40
119 0 0 60 45
120 0 50 65 50
121 0 53 70 55
122 0 60 75 60
123 0 73 90 65
124 0 90 113 70
125 0 113 140 75
126 0 140 173 80
127 50 173 210 85
128 53 210 253 90
129 60 253 300 113
130 73 300 353 140
131 90 353 410 173
132 113 410 473 210
133 140 473 540 253
134 173 540 613 300
135 210 613 690 353
136 253 690 773 410
137 300 773 860 473
138 353 860 953 540
139 410 953 1 050 613
140 473 1 050 1 153 690
141 540 1 153 1 260 773
142 613 1 260 1 373 860
143 690 1 373 1 490 953
144 773 1 490 1 613 1050
145 860 1 613 1 740 1101
146 953 1 740 1 873 1153
147 1 050 1 873 2 010 1260
148 1 153 2 010 2 153 1373
149 1 260 2 153 2 300 1490
150 1 373 2 300 2 453 1613
151 1 490 2 453 2 610 1740
152 1 613 2 610 2 773 1873
153 1 740 2 773 2 940 2010
154 1 873 2 940 3 113 2153
155 2 010 3 113 3 290 2300
156 2 153 3 290 3 473 2453
157 2 300 3 473 3 660 2610
158 2 453 3 660 3 853 2773
159 2 610 3 853 4 050 2940
160 2 773 4 050 4 253 3113
161 2 940 4 253 4 460 3290
162 3 113 4 460 4 673 3473
163 3 290 4 673 4 890 3660
164 3 473 4 890 5 113 3756
165 3 660 5 113 5 340 3853
166 3 853 5 340 5 573 4050
167 4 050 5 573 5 810 4253
168 4 253 5 810 6 053 4460
169 4 460 6 053 6 300 4673
170 4 673 6 300 6 553 4890
171 4 890 6 553 6 810 5113
172 5 113 6 810 7 073 5340
173 5 340 7 073 7 340 5573
174 5 573 7 340 7 613 5810
175 5 810 7 613 7 890 6053
176 6 053 7 890 8 173 6300
177 6 300 8 173 8 460 6553
178 6 553 8 460 8 753 6810
179 6 810 8 753 9 050 7073
180 7 073 9 050 9 353 7340
181 7 340 9 353 9 660 7613
182 7 613 9 660 9 973 7890
183 7 890 9 973 10 290 8173
184 8 173 10 290 10 435 8460
185 8 460 10 500 10 500 8753
186 8 753 10 500 10 500 9050
187 9 050 10 500 10 500 9353
188 9 353 10 500 10 500 9660
189 9 660 10 500 10 500 9973
190 9 973 10 500 10 500 10290
191 ≤  taux 10 000 10 500 10 500 10500

L’article 10 du PLF 2019 précise de son côté que le barème forfaitaire d’évaluation des frais de déplacements, au régime des frais réels, pourra aussi s’effectuer en fonction « du type de motorisation du véhicule ».

Les pick-ups de tourisme taxés

L’article 92 étend en outre la taxe sur les véhicules de société (TVS) aux « véhicules comprenant au moins cinq places assises et dont le code carrosserie européens est camions pick-up » à compter du 1er janvier 2019. Ces véhicules seront également assujettis à la taxe CO2 et au malus écologique à partir du 1er juillet 2019.

Les pick-ups utilitaires restent ainsi exonérés de la taxe, de même que les véhicules affectés exclusivement à l’exploitation des remontées mécaniques et des domaines skiables « lorsqu’ils répondent à un impératif de sécurité pour les salariés ».

Le dispositif du suramortissement étendu

L’article 70 étend le dispositif de suramortissement prévu à l’article 39 decies A du code général des impôts. Ce dernier était auparavant réservé à l’achat ou la location de véhicules de plus de 3,5 t roulant au roulant au gaz naturel, au biométhane ou à l’ED95. Le projet de loi a abaissé le seuil à 2,6 t et intégré les véhicules utilisant l’énergie électrique et l’hydrogène, et ce jusqu’au 31 décembre 2021.

Dispositif de suramortissement
Poids total autorisé en charge (PTAC) Énergies utilisées Pourcentage de déduction Période d’application
Supérieur ou égal à 2,6 t et inférieur à 3,5 t Gaz naturel, biométhane carburant, ED95, électrique, hydrogène 20 % Véhicules acquis du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2021
Supérieur ou égal à 3,5 t Gaz naturel, biométhane carburant, ED95 40 % Véhicules acquis du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2021
Supérieur ou égal à 3,5 t Électrique, hydrogène 40 % Véhicules acquis du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2021
Supérieur ou égal à 3,5 t et inférieur ou égal à 16 t Gaz naturel, biométhane carburant, ED95, électrique, hydrogène 60 % Véhicules acquis du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2021

NB : Ce dispositif concerne les entreprises soumises à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu selon un régime réel d’imposition. La déduction est assise sur la valeur d’origine des biens acquis neufs, hors frais financiers.

Le covoiturage favorisé

L’article 3 modifie l’article 81 du code général des impôts. Il exonère d’impôt la prise en charge par une collectivité territoriale ou un EPCI des frais de carburant ou de recharge électrique pour les déplacements domicile-travail d’une distance de plus de 30 km et pour ceux effectués en tant que conducteur en covoiturage, dans la limite de 240 euros par an.

Il instaure également une « indemnité forfaitaire covoiturage » permettant aux employeurs de prendre en charge tout ou partie des frais engagés par leurs salariés pour leurs déplacements domicile-travail effectués en tant que passagers en covoiturage. Ses modalités seront précisées par décret.

LLD : pas de compensation de la TVA pour les collectivités

Enfin, l’article 26 bis, ajouté par le Sénat et visant à rendre les véhicules en LLD éligibles au Fonds de compensation pour la TVA (FCTVA), a finalement été supprimé.

PARTAGER SUR