PLF 2021 : les nouveautés votées à l’Assemblée nationale

TVS, malus CO2, malus au poids, mobilités durables ou encore forfait post-stationnement : les députés ont adopté en première lecture plusieurs nouvelles mesures dans le cadre du projet de loi de finances pour 2021. Tour des changements qui touchent les flottes automobiles.

1248
PLF 2021

L’Assemblée nationale vient d’adopter en première lecture le projet de loi de finances pour 2021 à 349 voix pour, 199 contre et 10 absentions. De la TVS au forfait post-stationnement, en passant par l’introduction d’une seconde composante du malus basée sur le poids des véhicules, voici un point sur les nouvelles mesures qui concernent les flottes.

La réforme de la TVS confirmée

Tout d’abord, les députés ont voté presque telle quelle la réforme de la TVS pour 2021 et 2022 (art. 14) (voir notre article). Le texte adopté prend toutefois en compte plusieurs amendements. Il rend ainsi éligibles les véhicules hybrides GNV-essence, GNV-E85, GPL-essence et GPL-E85 à l’exonération de la première composante de la TVS dès 2021.

De même, les députés ont souhaité prendre en compte dès 2021 l’existence de véhicules hybrides hydrogène-GNV, hydrogène-GPL, hydrogène-essence et hydrogène-E85 ; en plus des mêmes hybridations avec un moteur électrique à batterie dans le cadre de l’exonération de cette première composante de la TVS. En outre, les véhicules fonctionnant exclusivement à l’électricité et-ou à l’hydrogène seront expressément exonérés de la seconde composante de la taxe.

Enfin, par « mesure de simplification », les députés ont décidé de supprimer la possibilité de calcul forfaitaire, sur une base trimestrielle, de la proportion d’utilisation d’un véhicule pour le paiement de la TVS, et ce dès le 1er janvier 2022 (art. 45 decies). Les flottes ne pourront donc calculer la TVS qu’au « réel », sur la base du nombre de jours d’utilisation dans l’année.

Le durcissement du malus lissé sur trois ans

L’Assemblée nationale a également confirmé le durcissement du malus automobile pour les véhicules de tourisme (art. 14). Seul changement : celui-ci sera lissé sur trois ans au lieu de deux. Ainsi, pour les véhicules immatriculés en WLTP, dès le 1er janvier 2021, le barème commencera à 133 g/km (contre 138 g actuellement), puis tous les montants augmenteront jusqu’à atteindre à 30 000 euros au-delà de 218 g/km (contre 20 000 euros et 213 g actuellement).

Puis, à compter du 1er janvier 2022, le malus débutera à 128 g/km jusqu’à atteindre un nouveau plafond de 40 000 euros au-delà de 223 g/km. Enfin, c’est seulement à partir du 1er janvier 2023 que le seuil du malus sera abaissé à 123 g/km, tandis que son plafond sera relevé à 225 g et 50 000 euros.

Même évolution pour les véhicules n’ayant pas fait l’objet d’une réception communautaire : le barème commencera à 250 euros dès 5 CV (au lieu de 500 euros) et sera plafonné à 30 000 euros au-delà de 20 CV (au lieu de 40 000 euros dès 25 CV), avec des montants intermédiaires tous en augmentation, sauf pour les véhicules de 6, 8, 10, 12, 14 et 16 CV.

Par la suite, le seuil passera à 1 000 euros dès 5 CV en 2022, puis 500 euros dès 4 CV en 2023. De même, le plafond sera rehaussé à 40 000 euros dès 25 CV en 2022, puis 50 000 euros dès 28 CV en 2023. À noter que les barèmes restent identiques à ceux en vigueur au 1er janvier 2020 pour les véhicules immatriculés selon la norme NEDC.

Évolution du barème du malus entre 2020 et 2023 pour les véhicules immatriculés selon la norme WLTP

Émissions de dioxyde de carbone (en grammes par kilomètre) Tarif par véhicule (en euros) Évolution
Depuis le 1er janvier 2020 À compter du 1er janvier 2021 À compter du 1er janvier 2022 À compter du 1er janvier 2023 2020-2021 2021-2022 2022-2023
123 0 0 0 50
124 0 0 0 75
125 0 0 0 100
126 0 0 0 125
127 0 0 0 150
128 0 0 50 170 240 %
129 0 0 75 190 153 %
130 0 0 100 210 110 %
131 0 0 125 230 84 %
132 0 0 150 240 60 %
133 0 50 170 260 240 % 53 %
134 0 75 190 280 153 % 47 %
135 0 100 210 310 110 % 48 %
136 0 125 230 330 84 % 43 %
137 0 150 240 360 60 % 50 %
138 50 170 260 400 240 % 53 % 54 %
139 75 190 280 450 153 % 47 % 61 %
140 100 210 310 540 110 % 48 % 74 %
141 125 230 330 650 84 % 43 % 97 %
142 150 240 360 740 60 % 50 % 106 %
143 170 260 400 818 53 % 54 % 105 %
144 190 280 450 898 47 % 61 % 100 %
145 210 310 540 983 48 % 74 % 82 %
146 230 330 650 1 074 43 % 97 % 65 %
147 240 360 740 1 172 50 % 106 % 58 %
148 260 400 818 1 276 54 % 105 % 56 %
149 280 450 898 1 386 61 % 100 % 54 %
150 310 540 983 1 504 74 % 82 % 53 %
151 330 650 1 074 1 629 97 % 65 % 52 %
152 360 740 1 172 1 761 106 % 58 % 50 %
153 400 818 1 276 1 901 105 % 56 % 49 %
154 450 898 1 386 2 049 100 % 54 % 48 %
155 540 983 1 504 2 205 82 % 53 % 47 %
156 650 1 074 1 629 2 370 65 % 52 % 45 %
157 740 1 172 1 761 2 544 58 % 50 % 44 %
158 818 1 276 1 901 2 726 56 % 49 % 43 %
159 898 1 386 2 049 2 918 54 % 48 % 42 %
160 983 1 504 2 205 3 119 53 % 47 % 41 %
161 1 074 1 629 2 370 3 331 52 % 45 % 41 %
162 1 172 1 761 2 544 3 552 50 % 44 % 40 %
163 1 276 1 901 2 726 3 784 49 % 43 % 39 %
164 1 386 2 049 2 918 4 026 48 % 42 % 38 %
165 1 504 2 205 3 119 4 279 47 % 41 % 37 %
166 1 629 2 370 3 331 4 543 45 % 41 % 36 %
167 1 761 2 544 3 552 4 818 44 % 40 % 36 %
168 1 901 2 726 3 784 5 105 43 % 39 % 35 %
169 2 049 2 918 4 026 5 404 42 % 38 % 34 %
170 2 205 3 119 4 279 5 715 41 % 37 % 34 %
171 2 370 3 331 4 543 6 039 41 % 36 % 33 %
172 2 544 3 552 4 818 6 375 40 % 36 % 32 %
173 2 726 3 784 5 105 6 724 39 % 35 % 32 %
174 2 918 4 026 5 404 7 086 38 % 34 % 31 %
175 3 119 4 279 5 715 7 462 37 % 34 % 31 %
176 3 331 4 543 6 039 7 851 36 % 33 % 30 %
177 3 552 4 818 6 375 8 254 36 % 32 % 29 %
178 3 784 5 105 6 724 8 671 35 % 32 % 29 %
179 4 026 5 404 7 086 9 103 34 % 31 % 28 %
180 4 279 5 715 7 462 9 550 34 % 31 % 28 %
181 4 543 6 039 7 851 10 011 33 % 30 % 28 %
182 4 818 6 375 8 254 10 488 32 % 29 % 27 %
183 5 105 6 724 8 671 10 980 32 % 29 % 27 %
184 5 404 7 086 9 103 11 488 31 % 28 % 26 %
185 5 715 7 462 9 550 12 012 31 % 28 % 26 %
186 6 039 7 851 10 011 12 552 30 % 28 % 25 %
187 6 375 8 254 10 488 13 109 29 % 27 % 25 %
188 6 724 8 671 10 980 13 682 29 % 27 % 25 %
189 7 086 9 103 11 488 14 273 28 % 26 % 24 %
190 7 462 9 550 12 012 14 881 28 % 26 % 24 %
191 7 851 10 011 12 552 15 506 28 % 25 % 24 %
192 8 254 10 488 13 109 16 149 27 % 25 % 23 %
193 8 671 10 980 13 109 16 810 27 % 19 % 28 %
194 9 103 11 488 14 273 17 490 26 % 24 % 23 %
195 9 550 12 012 14 881 18 188 26 % 24 % 22 %
196 10 011 12 552 15 506 18 905 25 % 24 % 22 %
197 10 488 13 109 16 149 19 641 25 % 23 % 22 %
198 10 980 13 682 16 810 20 396 25 % 23 % 21 %
199 11 488 14 273 17 490 21 171 24 % 23 % 21 %
200 12 012 14 881 18 188 21 966 24 % 22 % 21 %
201 12 552 15 506 18 905 22 781 24 % 22 % 21 %
202 13 109 16 149 19 641 23 616 23 % 22 % 20 %
203 13 682 16 810 20 396 24 472 23 % 21 % 20 %
204 14 273 17 490 21 171 25 349 23 % 21 % 20 %
205 14 881 18 188 21 966 26 247 22 % 21 % 19 %
206 15 506 18 905 22 781 27 166 22 % 21 % 19 %
207 16 149 19 641 23 616 28 107 22 % 20 % 19 %
208 16 810 20 396 24 472 29 070 21 % 20 % 19 %
209 17 490 21 171 25 349 30 056 21 % 20 % 19 %
210 18 188 21 966 26 247 31 063 21 % 19 % 18 %
211 18 905 22 781 27 166 32 094 21 % 19 % 18 %
212 19 641 23 616 28 107 33 147 20 % 19 % 18 %
213 20 000 24 472 29 070 34 224 22 % 19 % 18 %
214 20 000 25 349 30 056 35 324 27 % 19 % 18 %
215 20 000 26 247 31 063 36 447 31 % 18 % 17 %
216 20 000 27 166 32 094 37 595 36 % 18 % 17 %
217 20 000 28 107 33 147 38 767 41 % 18 % 17 %
218 20 000 29 070 34 224 39 964 45 % 18 % 17 %
219 20 000 30 000 35 324 41 185 50 % 18 % 17 %
220 20 000 30 000 36 447 42 431 50 % 21 % 16 %
221 20 000 30 000 37 595 43 703 50 % 25 % 16 %
222 20 000 30 000 38 767 45 000 50 % 29 % 16 %
223 20 000 30 000 39 964 46 323 50 % 33 % 16 %
224 20 000 30 000 40 000 47 672 50 % 33 % 19 %
225 20 000 30 000 40 000 49 047 50 % 33 % 23 %
Au-delà de 225 20 000 30 000 40 000 50 000 50 % 33 % 25 %

Évolution du barème du malus entre 2020 et 2023 pour les véhicules n’ayant pas fait l’objet d’une réception communautaire

Puissance administrative (en CV) Tarif par véhicule (en euros) Évolution
Depuis le 1er janvier 2020 À compter du 1er janvier 2021 À compter du 1er janvier 2022 À compter du 1er janvier 2023 2020-2021 2020-2021 2020-2021
Jusqu’à 3 0 0 0 0
4 0 0 0 500
5 0 250 1 000 2 250 300 % 125 %
6 3125 2825 3000 3500 – 10 % 6 % 17 %
7 3125 3425 4000 4750 10 % 17 % 19 %
8 6250 5950 6000 6500 – 5 % 1 % 8 %
9 6250 6550 7000 8000 5 % 7 % 14 %
10 9375 9075 9250 9500 – 3 % 2 % 3 %
11 9375 9675 10500 11500 3 % 9 % 10 %
12 12500 12200 12500 12750 – 2 % 2 % 2 %
13 12500 12800 13500 14500 2 % 5 % 7 %
14 15525 15325 15625 16000 – 1 % 2 % 2 %
15 15525 15925 16500 18750 3 % 4 % 14 %
16 18750 18450 19250 20500 – 2 % 4 % 6 %
17 18750 19150 21000 23000 2 % 10 % 10 %
18 20000 22500 23500 25500 13 % 4 % 9 %
19 20000 25000 26000 28000 25 % 4 % 8 %
20 20000 27500 28500 30500 38 % 4 % 7 %
21 20000 30000 31000 33000 50 % 3 % 6 %
22 20000 30000 33500 35500 50 % 12 % 6 %
23 20000 30000 36000 38000 50 % 20 % 6 %
24 20000 30000 38500 40000 50 % 28 % 4 %
25 20000 30000 40000 42500 50 % 33 % 6 %
26 20000 30000 40000 45000 50 % 33 % 13 %
27 20000 30000 40000 47500 50 % 33 % 19 %
28 et au-delà 20000 30000 40000 50000 50 % 33 % 25 %

Le malus au poids officialisé en 2022 dès 1 800 kg

Sans surprise, ce malus CO2 sera bel et bien complété par une composante assise sur la masse en ordre de marche du véhicule (art. 45 undecies). Cette dernière correspond à la masse du véhicule – conducteur, carburant, liquides et, le cas échant, carrosserie, cabine, attelage, roue de secours et outils compris –, lorsque ses réservoirs de carburant sont remplis au moins à 90 % de leur capacité.

En pratique, les véhicules immatriculés à compter du le 1er janvier 2022 seront taxés à hauteur de 10 euros par kilogramme au-dessus de 1 800 kg. Cette somme sera plafonnée de manière à ce que son cumul avec le malus CO2 ne dépasse pas le montant de ce dernier, soit 40 000 euros en 2022, puis 50 000 euros en 2023.

Cette « taxe sur la masse en ordre de marche » s’appliquera dans les mêmes conditions que le malus CO2, à savoir lors de la première immatriculation d’un véhicule de tourisme en France, y compris en cas de transformation d’un VU en VP, comme pour le malus CO2. De même, les véhicules d’occasion importés bénéficieront d’une réfaction de 10 % par année entamée si leur première immatriculation date de plus de six mois.

Seront exonérés du malus au poids les véhicules 100 % électriques et-ou hydrogène, comme pour le malus CO2, mais aussi les véhicules hybrides rechargeables dotés d’une autonomie en mode tout-électrique en ville supérieure à 50 km en WLTP. Les véhicules accessibles en fauteuil roulant et ceux acquis par une personne détenant la carte mobilité inclusion sont aussi dispensés du paiement de cette taxe.

Enfin, un abattement de 400 kg s’appliquera pour les personnes morales dans le cas d’un véhicule comportant au moins huit places assises. Les familles d’au moins trois enfants bénéficieront quant à elles d’un abattement de 200 kg par enfant dans la limite d’un véhicule d’au moins cinq places.

Véhicules verts : suramortissement et assurance

En parallèle, en application de l’une des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, les députés ont décidé de prolonger jusqu’au 31 décembre 2024 le dispositif de suramortissement prévu pour l’achat d’un véhicule de 2,6 t ou plus faisant appel à une motorisation alternative (art. 43 bis).

L’Assemblée nationale a adopté une seconde proposition de la Convention concernant cette fois les assurances (art. 43 quaterdecies) : les contrats d’assurance des véhicules 100 % électriques dont le certificat d’immatriculation a été émis à compter du 1er janvier 2021 seraient ainsi exonérés pendant deux ans de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA), y compris pour la part se rapportant à l’assurance responsabilité civile.

Pour rappel, les primes couvrant la responsabilité civile des utilisateurs de véhicules terrestres à moteur sont soumises à la TSCA au taux de 33 % et celles versées au titre des assurances contre les autres risques relatifs aux véhicules terrestres à moteur au taux de 18 %. Cette exonération serait toutefois temporaire : elle ne s’appliquerait qu’aux primes, cotisations et accessoires dont l’échéance intervient entre le 1er janvier 2021 et le 31 décembre 2023. À noter que les engins de déplacement personnel motorisés ne sont pas concernés.

Flotte de vélos et forfait mobilités durables à 500 euros

Côté vélos, les députés ont décidé de proroger de trois ans, jusqu’au 31 décembre 2024, la réduction d’impôt prévue pour la mise à disposition gratuite d’une flotte de vélos par une entreprise pour les déplacements domicile-travail de ses salariés (art. 43 nonies). Cette mesure, mise en place dans le cadre du plan « vélo et mobilités actives » lancé en septembre 2018 et de la loi d’orientation des mobilités, aurait dû s’arrêter au 31 décembre 2021 (art. 220 undecies A du CGI).

Les députés ont également adopté la revalorisation du montant maximal exonéré d’impôts pour la prise en charge par l’employeur des frais de déplacement domicile-travail de ses salariés : celui-ci passe de 400 à 500 euros (art. 14). Cette évolution concerne tant le nouveau forfait mobilités durables que la prise en charge des frais d’alimentation des véhicules électriques, hybrides rechargeables ou hydrogène.

Forfait post-stationnement : les conditions de recours revues

Enfin, l’Assemblée nationale a légiféré sur les règles de contestation des forfaits post-stationnement (art. 54 quater). En effet, le 10 septembre 2020, le Conseil Constitutionnel a jugé contraire à la Constitution l’obligation de payer le forfait post-stationnement avant de pouvoir le contester auprès de la Commission du contentieux du stationnement payant (voir notre article).

Dans le but d’éviter une « explosion du nombre de recours », et ainsi un engorgement de la commission et des pertes de recettes pour l’État, les députés ont décidé de rétablir le principe de paiement préalable mais en plafonnant son montant à 33 euros et en introduisant des exceptions, notamment pour les personnes handicapées, celles ayant cédé leur véhicule et les victimes d’un vol.

« Dans le cas où la Commission du contentieux du stationnement payant décide qu’il n’y a pas lieu d’annuler la décision individuelle relative au forfait de post-stationnement, le montant acquitté par le requérant préalablement à l’introduction du recours contentieux est déduit du montant du forfait de post-stationnement et de la majoration restant à régler », précise le PLF.

En outre, la durée d’examen du recours n’entrera pas en compte dans le calcul de la période de trois mois, au bout de laquelle le montant du FPS est majoré de 20 %, sans être inférieur à 50 euros, avec possibilité de recouvrement forcé.

Un rapport sur la fiscalité automobile

Précisons pour finir que le gouvernement devra remettre au parlement un rapport sur l’évaluation de la fiscalité automobile en France avant le 1er octobre 2021 (art. 14). Le texte du projet de loi de finances 2021 doit maintenant être examiné en première lecture par le Sénat.

PARTAGER SUR