Gestion de flottes : le budget pneumatiques explose

Pneumatiques : Schindler prêt à payer plus cher pour consommer moins

Gérée en location longue durée, la flotte de Schindler compte 2 600 véhicules. Les pneumatiques représentent le troisième poste de dépenses.

- Magazine N°144
473

Les pneumatiques, élément central de la gestion de flotte

« Le pneumatique est un poste important. Il vient après le loyer et le carburant. » Olivier Quintin est responsable des achats et des moyens généraux de Schindler, spécialiste des escaliers mécaniques, des trottoirs roulants et des ascenseurs. A ce titre, il dirige une flotte de 2 600 véhicules. A 98 %, le choix s’est porté sur des véhicules fabriqués par Renault. Ainsi, la flotte compte 1 300 Kangoo, 950 Clio, 120 Trafic, 110 Master… Les véhicules sont loués auprès d’Arval et gérés au jour le jour par le cabinet ERCG. Les contrats de location courent entre 36 et 48 mois pour 120 000 kilomètres. La maintenance des pneumatiques est incluse au contrat de location longue durée qui prévoit forfaitairement 3 trains de pneus. Pour les prestations hors contrat, Schindler fait appel à Speedy. « Le pneumatique est le troisième poste de dépenses de la flotte, estime Olivier Quintin. Cet équipement est important aussi bien en terme de sécurité qu’en terme économique. L’état d’usure et la pression influent sur l’adhérence et sur les consommations de carburant. » Si Schindler n’a pas édicté de règles contraignantes pour que les conducteurs surveillent l’état d’usure et la pression des pneumatiques, elle a néanmoins pris des mesures en ce sens. Ainsi, tous les conducteurs disposent d’un outil fourni par Speedy qui permet de mesurer la profondeur des sculptures. Deuxième initiative, les conducteurs suivent des formations dispensées par Axa. Au menu : un rappel des règles rudimentaires de la conduite et un module de sensibilisation à l’importance des pneumatiques en matière de sécurité et de consommation.

Concilier écologie et économie

Pour le changement des pneumatiques, Schindler a retenu trois marques «premium» ou assimilées «premium». « Cette volonté est avant tout celle d’Arval qui, à tort ou à raison, est réticent à monter des marques de distributeur », explique Olivier Quintin. Et le responsable de la flotte de pointer la tendance inflationniste de ce poste budgétaire. « Cette augmentation est due au prix des matières premières, mais également à l’importance grandissante de la technologie dans la fabrication des pneumatiques. » Schindler a ouvert la possibilité à certaines régions d’opter pour les pneus hiver. C’est le cas dans les Alpes, en Alsace, dans la région lyonnaise, dans les Hautes-Alpes et dans le Sud-Ouest. Pour sensibiliser les responsables des flottes de ces régions, Schindler mène des campagnes de communication qui rappellent notamment l’efficacité de ses enveloppes dès que la température descend en dessous de 7°. « A 80 %, les véhicules de ces régions optent pour les pneus hiver », se félicite Olivier Quintin. Et d’ajouter : « Il y a un surcoût car ces pneumatiques hiver ne sont pas inscrits au contrat. Sur des Clio, ce surcoût est de 50 à 60 € par pneus et de 60 à 95 € sur les Kangoo. Cela étant, opter pour les pneus hiver évite de racheter un train de pneus été en fin de contrat. » Le responsable de la flotte souhaite que la hausse des prix des pneumatiques soit limitée. Pour autant, Olivier Quintin est prêt à payer un peu plus cher si les innovations des manufacturiers permettent d’économiser 5 à 10 % sur le poste carburant. « Encore faut-il que ces innovations n’empiètent pas sur la sécurité et sur la durée de vie des enveloppes. » Bref, l’innovation doit concilier écologie et économie.

Gestion de flottes : le budget pneumatiques explose