Poids lourds thermiques : la transition malgré tout

En 2022, ce sont les pénuries de matériel, de conducteurs et d’énergies qui freinent le marché des poids lourds dans sa course écologique. Dans cette situation difficile, les constructeurs comme les transporteurs recourent aux biocarburants ou encore à l’économie circulaire pour poursuivre leur transition énergétique.
10196
Nouveau Volvo Trucks FM Electric
Nouveau Volvo Trucks FM Electric

Face à un contexte inflationniste sur leurs matériaux, les constructeurs de poids lourds augmentent leurs prix de vente. Mais ils améliorent aussi leurs modèles existants, font appel aux biocarburants, parfois par rétrofit, et déploient une offre de véhicules d’occasion ou recyclés, inspirée de l’économie circulaire et de la loi Agec sur l’anti-gaspillage. Sans compenser les ventes perdues, ces activités génèrent du chiffre d’affaires. Les constructeurs devraient donc les pour-suivre car, à terme, elles faciliteront la vente des VI à énergies alternatives par la baisse des coûts de production grâce à l’usage de matériaux recyclés.

Renault Trucks : du neuf

Renault Trucks a annoncé pour 2023 une gamme distribution et construction légère D, D Wide et C 2,3 m, consommant 10 % de carburant en moins. Le nouveau moteur DE11 à piston à vagues, l’amélioration de sa boîte de vitesses robotisée Optidriver, son mode Eco réducteur de consommation de carburant et son Pack Fuel Eco+, qui inclut déflecteur de toit, déflecteurs latéraux et arrêt automatique du moteur, sont issus des études de l’Optifuel Lab. En parallèle, l’action du constructeur auprès du législateur a valu à ses véhicules au B100 exclusif d’obtenir la vignette Crit’Air1. Mais si les transporteurs ont acquis ces véhicules pour bénéficier du suramortissement, les transporteurs pour compte propre se sont souvent contentés de passer sans surcoût leurs vieux Euro 4 et 5 au B100 flexible pour améliorer leur bilan carbone. Enfin, alors qu’il recycle ses tracteurs routiers en porteurs dans sa Used Trucks Factory, Renault Trucks a aussi créé sa propre filière de recyclage des pièces de ses VI avec Indra Recycling. Assorties de garanties, ces deux pratiques ont accru ses ventes de VO.

DAF aérodynamique

Pour ses derniers XF, XG et XG+ à l’aérodynamisme prometteur d’une réduction de consommation de plus de 10 % grâce à une cabine allongée, DAF n’a pu honorer la totalité de ses livraisons à cause des longs délais de production. Le constructeur mise aussi sur un récent modèle à cabine allongée : le DAF XD. Destiné aux applications de transport spécialisées et à la distribution, cet XD sera produit à partir du dernier trimestre 2022. Doté de la nouvelle chaîne cinématique Paccar MX-11, il bénéficiera de technologies de sécurité actives comme le DAF Corner View et le DAF Digital Camera System. Enfin, pour les verdir, DAF a adopté sur tous ses modèles le biocarburant HVO/XTL produit à partir de déchets.

MAN : B100 exclusif et XTL

Comme le covid-19 avait pénalisé les ventes des derniers modèles de MAN en 2020, la guerre en Ukraine l’a fait en 2022. Alors que 2021 lui avait permis de retrouver des bénéfices à hauteur de 255 millions d’euros, MAN a dû suspendre sa production pendant plusieurs jours, en mars 2022, par manque d’approvisionnement. Son offre de modèles au B100 exclusif aurait pu le relancer, mais un excès de prudence sur les intervalles d’entretien, limités dans un premier temps à 35 000 km, a freiné le succès de cette initiative commerciale, alors que ses premiers clients ont atteint sans dommage 70 000 à 90 000 km. Pour compenser, MAN a aussi homologué le XTL sur ses véhicules.

Volvo Trucks en I-Save

Concentré sur ses gammes Electric, Volvo Trucks a juste optimisé sa technologie I-Save sur ses moteurs D13TC, D13 eSCR et D11 pour la longue distance, le régional, la distribution et la construction. Les changements de rapports plus doux et rapides de la boîte de vitesses I-Shift, le calcul du couple moteur optimal par le nouveau logiciel I-Torque, les nouveaux filtres qui améliorent les performances et maximisent la durée de vie du moteur et l’aérodynamisme optimisé ont généré des gains en carburant. « Cette technologie nous fait gagner en moyenne 15 % de consommation, expliquent les transports Ducarroz. En combinant l’I-Save aux formations d’éco-conduite, aux primes de consommation et au gazole paraffinique de synthèse HVO100, nous possédons une vraie solution de transport moins émettrice de CO2 ». Les ventes s’en trouvent relancées, d’autant plus que les moteurs D13 eSCR 460 et 500 ch existent aussi en B100.

Iveco lié au gaz

Bien que focalisé sur le GNV et la production de ses poids lourds électriques et hydrogène conçus avec Nikola, Iveco a produit un nouveau S-Way thermique haut de gamme. Destiné aux missions longue distance, ce S-Way Facelift avance 3 % d’économie de carburant. Iveco a aussi élargi la gamme de ses moteurs Euro VI diesel en introduisant de nouveaux moteurs Cursor 13 de 490 et 530 ch. Cette gamme de moteurs se décline désormais en trois cylindrées, de 340 à 570 ch, et, surtout, Iveco l’a rendue entièrement compatible avec les bio-carburants de deuxième génération HVO/XTL (EN 15940). Iveco a aussi accéléré les ventes de VO de sa filiale OK Trucks en incluant dans son label Premium ses VO au GNV dont le potentiel apparaît prometteur en cette période de disette de VN.

Iveco S-Way Facelift

Daimler Truck améliore l’existant

Avec la délégation de production de ses moteurs Euro VII de gamme moyenne à Cummins et l’augmentation de son EBIT de 9,2 milliards d’euros, consécutive à sa scission d’avec l’activité automobile en décembre 2021, Daimler Truck a abordé les difficultés de 2022 avec confiance. Donnant la priorité à l’électromobilité et au renforcement de ses relations avec les fournisseurs de puces, Daimler Truck a systématiquement reporté les hausses de coûts sur ses clients, « en attendant que les matières premières retombent au niveau d’il y a un an et demi », déclarait le directeur financier Jochen Goetz en mai 2022. Le récent Actros F, au prix restreint par sa limitation aux fonctionnalités métiers, a su capter les ventes de tracteurs au premier semestre. Le constructeur a aussi homologué le biocarburant XTL sur ses moteurs, amélioré ses MirrorCams et sorti début juin le moteur OM471 qui servira à l’ensemble de ses VI thermiques lourds.

Scania optimise ses diesel

Afin de diminuer de 20 % les rejets de CO2 de ses véhicules d’ici à 2025 par rapport à 2015, Scania a conçu la chaîne cinématique Scania Super qui intègre un moteur diesel 6-cyl. en ligne de 13 l, qui fonctionne aussi au HVO ou au biodiesel. En gazole ou en HVO/XTL, ce moteur affiche quatre niveaux de puissance : 420, 460, 500 et 560 ch. Les moteurs de 460 et 500 ch peuvent aussi se commander en version B100 renouvelable FAME. Combinés aux deux nouvelles boîtes de vitesses Opticruise, au nouveau pont arrière Scania R756 à huit rapports de démultiplication différents et au système de post-traitement Twin SCR Scania avec double point d’injection d’AdBlue, cette chaîne cinématique offre une grande efficacité énergétique sur une longévité accrue, un entretien et un poids réduits, tout en économisant jusqu’à 8 % de carburant. Les biocarburants rajoutant des gains en CO2 de 60 à 90 % et des diminutions des Nox et des particules fines, le constructeur dépasserait déjà son objectif.

Ford Trucks s’attaque à l’Europe

Détenu à parité par l’américain Ford et le turc Otosan depuis juin 1997, Ford Otosan a produit en Turquie son tracteur Ford Trucks F-Max en 2019. Avec son moteur Ecotorq et sa technologie pragmatique, le F-Max affiche un prix inférieur à celui des autres tracteurs européens. Il a conquis sa part du marché européen avant d’aborder, fin 2021, le marché français à travers un réseau de concessionnaires régionaux. Sa force réside aussi dans la disponibilité du tracteur sous trois mois, son aérodynamisme, sa caméra à 360 ° et « sa gestion de la puissance du moteur que le conducteur ou l’exploitant peut, à distance par internet, maintenir à 500 ch ou descendre à 450 ch quand le camion roule à vide ou que la conduite n’est pas adaptée », assure Fabien Combronde, dirigeant du Groupe Combronde et premier transporteur français à avoir acquis soixante F-Max. Le constructeur annonce ainsi une baisse de 8 % de la consommation de carburant.

PARTAGER SUR