PPR élargit le nombre de ses fournisseurs

Présent dans un grand nombre d’univers -la distribution avec la Fnac, la Redoute ou Conforama, le luxe et la mode avec Gucci, YSL Beauté, Balenciaga ou Puma-, le groupe PPR (pour Pinault-Printemps-Redoute) gère un parc automobile en France d’un peu plus de 2 000 véhicules (60 % de VU et 40 % de VP).

- Magazine N°138
543

Les contrats choisis par PPR courent sur 36 mois et 90 000 kilomètres. C’est dans le courant de l’année dernière que le groupe français se penche sur la problématique de ses émissions de CO2. « A la faveur du changement de fiscalité sur la TVS, nous nous sommes dits qu’il fallait aller au-delà du simple loyer financier pour évaluer ce que nous coûtait notre parc. Nous avons alors décidé de mesurer véhicule par véhicule le degré d’émission de CO2 de notre flotte », explique Marc- Antoine de Saint-Blanquat, Responsable des achats indirects chez PPR.

A l’origine les trois constructeurs français se répartissaient la flotte du groupe. A l’issue du bilan carbone réalisé avec le concours d’Arval, la décision a été prise d’élargir le nombre des fournisseurs : Audi et Volkswagen ont progressivement fait leur entrée dans le parc et depuis le début de l’année 2008, des BMW peuvent aussi être commandées par les gestionnaires de parcs des différentes enseignes. Les responsables du groupe font le calcul suivant : même si le loyer financier de certains modèles est plus élevé que d’autres, leur coût total de détention (TCO) est inférieur et mieux vaut donc les faire entrer dans le parc. « Avec cette démarche, nous nous sommes donnés pour objectif d’économiser 10 % de nos émissions totales de CO2 », précise Marc-Antoine de Saint-Blanquat. Cette démarche environnementale ne concerne que la France, mais elle devrait impacter, à terme, la car policy du groupe et de ses enseignes. Un savant équilibre devra donc être trouvé par les gestionnaires de parcs afin que les choix de nouveaux véhicules ne conduisent pas à une remise en cause de l’avantage en rémunération que représente l’attribution d’une voiture pour le collaborateur. « Notre groupe étant très internationalisé, il faudra aussi veiller à ce que le standing des collaborateurs soit maintenu quelles que soient les enseignes et quels que soient les constructeurs et les modèles retenus », précise encore le Responsable des achats indirects de PPR.