Prévoté élabore son mix énergétique avec ses clients

Transporteur et loueur de véhicules avec conducteur, Prévoté a testé sur Paris un Renault Trucks D Z.E. de 16 t pour le comparer à ses trois VI au gaz et à sa livraison urbaine en vélo électrique.
1131
Prévoté
Prévoté a testé le Renault Trucks D Z.E. électrique à Paris pour Cercle Vert.

Prévoté Transport et Logistique considère le soutien de la transition énergétique de ses clients comme une démarche stratégique. Ce transporteur et loueur réalise 24 % de son chiffre d’affaires en mise à disposition (MAD) de véhicules avec conducteur et 66 % en transport pour compte d’autrui, messagerie et distribution sur l’Île-de-France et les Hauts-de-France.

Les 400 véhicules moteurs de Prévoté sont ainsi tous Euro 6. Le transporteur a aussi acquis fin 2018 deux porteurs et un tracteur Scania GNV proposés en location. En décembre 2020, il a obtenu de Renault Trucks et de Cercle Vert (distributeurs pour les professionnels de la restauration) de tester pendant cinq jours un 16 t électrique D Z.E. à Paris. Le même mois, il a lancé un service de livraison par vélo électrique dans le centre-ville d’Amiens.

Prévoté
Prévoté propose en location avec conducteur à ses clients parisiens trois Scania au GNV.

Avant-gardisme et facturation au kilomètre

« Nous devons être avant-gardistes et source de propositions pour conseiller nos clients en véhicules plus propres, affirme Jean-Stéphane Prévoté, le directeur général. Comme la MAD de véhicules avec conducteur implique une facturation mensuelle au kilomètre effectué, avec un réajustement en cas de kilomètres supplémentaires, nous testons des véhicules avec leur accord pour affiner nos calculs de coûts et leur faire la meilleure proposition de location. Ces tests visent à déterminer les véhicules et les flottes préférables pour les années à venir, soit des camions au gaz ou électriques, soit un mix énergétique mêlant gaz, électricité et modes doux. »

Le vélo meilleur en ville que le gaz

Avec des résultats parlants. « Malgré leur autonomie de 400 km pour un coût de carburant égal à celui du gazole, nos camions au GNV restent 15 % plus chers à exploiter en région parisienne que les camions thermiques à cause de leur prix d’achat, rapporte Jean-Stéphane Prévoté. Dans l’hyper-centre d’Amiens, la livraison en vélo à assistance électrique, elle, ne coûte pas plus cher qu’une livraison thermique. » Le livreur peut transporter 300 kg de fret, dont une palette, répartis entre le caisson avant et la remorque, et livrer vingt clients par jour en six rotations. « Nous pouvons appliquer ce mode de livraison sur Paris », conclut ce DG.

Prévoté
Dans le centre-ville d’Amiens, la livraison en VAE ne présente pas de surcoût par rapport à une livraison en camion thermique.

Expérimenter l’électrique et le B100

Pour le D Z.E. 16 t prêté par Renault Trucks (voir notre brève), l’analyse est en cours. « Les cinq jours de test ont conclu que, une fois le conducteur formé, le D Z.E. fait le même travail qu’un camion thermique sur des tournées de 110 à 120 km, rapporte Jean-Stéphane Prévoté. Notre client Cercle Vert est donc content. Le problème : son prix de 350 000 euros renchérit sa location de 45 %. Cercle Vert étudie donc l’intérêt de l’inclure dans sa politique RSE. De notre côté, nous aimerions avoir un à deux VI électriques sur Paris, dont si possible un Volta Zéro (voir notre article), pour les expérimenter plus finement ». Le transporteur, qui investit 3 à 4 millions d’euros par an pour renouveler ses véhicules, testera aussi le B100 dès qu’il sera disponible pour des moteurs 11 l et reconnu Crit’Air 1.